L'Antre de Chrysalid
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Antre de Chrysalid

Des Terres du Milieu à Golarion en passant par l'Ultime Frontière ou une Galaxie très lointaine, voici les chroniques d'une table de rôlistes dont les aventures ne s'arrêtent jamais...
 
PortailAccueilDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited – Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

 

 [Chroniques] Rapports de missions

Aller en bas 
AuteurMessage
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

[Chroniques] Rapports de missions Empty
MessageSujet: [Chroniques] Rapports de missions   [Chroniques] Rapports de missions EmptyDim 2 Juin 2024 - 11:44

Les ombres de Xenara : Arrivée sur Xenara
Scénario maîtrisé par Chrysalid le 01/06/24
Victoria et Eleanore • Secteur galactique 3 • année 2722


Victoria et Eleanore étaient deux sœurs jumelles que tout séparait. Nées en l’an 1851 à Londres, elles avaient grandi dans une famille somme toute classique. Au sein de cette société quelque peu traditionnaliste qui imposait aux femmes une place au foyer à élever des enfants, elles avaient cherché « autre chose » durant toute leur jeunesse, sans trop savoir quoi. Quelque chose qui leur permettrait de sortir de ce carcan limité. Victoria, par exemple, s’était intéressé aux sciences humaines et à l’origine des choses. Plutôt intellectuelle, elle cherchait des réponses, et la présence d’un père archéologue ne pouvait que l’encourager sur cette voie. Eleanore, quant à elle, s’intéressait plutôt aux choses de l’esprit, cherchant des réponses dans l’ésotérie et le spiritisme, persuadée que l’existant ne se limitait pas aux perceptions.

C’est au début des années 1870 qu’elles eurent la chance de changer les choses, lorsqu’elles tombèrent par un hasard des plus imprévisible… sur un bâtiment de métal. Or, celui-ci volait ! Et dans un nuage de poussière, il se posa et un couple d’humains en sortirent. Qui étaient-ils ? Le mystère était total. Néanmoins, dès l’instant où ils disparurent, les deux jumelles se précipitèrent à bord pour l’explorer. Là, tout ne fut qu’émerveillement ! Tout ce qu’elles virent là, les appareils qui bougeaient tout seuls, les lumières clignottantes, les bruits, tout ressemblait littéralement à de la magie !
Combien de temps restèrent-elles là à observer, à découvrir ce nouveau monde qui s’offrait à elles ? Trop à l’évidence, car vint l’instant où le couple d’inconnus revint à bord du vaisseau. Cachées dans une salle annexe, Eleanore et Victoria ne purent qu’assister, impuissantes, au décollage de l’appareil. Le vaisseau trembla, et fut brièvement secoué par une déflagration d’énergie.
Terrifiées, elles demeurèrent un bon moment dans la petite salle, jusqu’à ce que l’un des inconnus finisse par les découvrir. Celui-ci eut l’air catastrophé ! Que faisaient-elles là ? Mais finalement, n’ayant guère le choix, ils les firent sortir de là, et leur expliquèrent qu’ils étaient des agents spatio-temporels régulièrement envoyés en mission dans le passé de la Terre. Comme elles étaient là, ils avaient le choix de les ramener à leur époque – avec des informations qu’elles n’étaient pas sensées posséder – où à les intégrer au programme de leur époque. Sans surprise, elles sautèrent sur cette occasion pour en apprendre plus sur la nature réelle du monde.

C’est ainsi qu’elles furent acceptées dans le programme de Galaxity, où elles suivirent, quelques années durant, un programme d’intégration à la Mégacadémie. En sortant de là avec un diplôme en poche, elles avaient toutes deux trouvées bien plus que ce qu’elles étaient venu chercher : Victoria était devenue une Scientifique spécialisée dans les Sciences physico-chimiques – elle qui s’était intéressée à l’archéologie durant sa jeunesse, avait finalement redirigé ses préférences vers l’exobiologie – tandis qu’Eleanore était devenue une Mentalliste, spécialisée dans les pouvoirs insoupçonnés de l’esprit humain.

Au sortir de la Mégacadémie, les deux sœurs furent convoquées par le Commandant Valdoran de Galaxity. Eu égard à leurs résultats, il souhaitait les intégrer comme agents, tout en les laissant en binôme – leurs relations de sœurs ne pouvait qu’être bénéfique pour les missions. Il leur proposa une première mission pour tester leurs compétences sur le terrain, et leur parla de la planète Xenara, située dans le secteur galactique 3, où une colonie avait été installée depuis quelques mois. Or, s’il n’y avait eu aucun problème pendant longtemps, un colon avait brusquement disparu 5 jours plus tôt, puis un second, puis un troisième. Il était urgent d’endiguer cette avalanche de disparitions.

Les deux sœurs montèrent à bord d’un train magnétique qui les mena directement à l’astroport, où elles montèrent à bord d’un vaisseau spécialement affêté pour elles. À son bord, elles en profitèrent pour neurocharger des informations nouvelles directement dans leurs esprits : Victoria neurochargea les informations sur la planète Xenara et sa colonie, tandis qu’Eleanore opta pour des capacités psychiques en lien avec l’enquête qui les attendait. En outre, Victoria s’équipa d’un Paralyseur léger, et Eleanore prit un Médiscope.

En un clin d’œil, le vaisseau avait atteint sa destination. Il se posa sur une plaine aride balayée par des vents, et les deux agentes descendirent et furent accueillies par un trio d’ouvriers. Ceux-ci les menèrent à leur colonie tandis que le vaisseau prenait son envol avec la promesse de revenir trois jours plus tard.

L’endroit était assez peu engageant. Les bâtiments qui composaient l’installation étaient en métal rouillé, manifestement très abîmés par le sable charrié en continu par les vents qui balayaient la plaine.
Elles rencontrèrent le Gouverneur Zyrtek, un petit homme nerveux pressé que l’enquête soit menée. En effet, la colonie ayant des obligations de résultat, il était primordial que la production ne faiblisse pas, sans compter que le moral des ouvriers risquait de peser sur le rythme si les disparitions se poursuivaient.
Au cours de la conversation, il leur parla des trois disparitions :
- Dragan Olek, un technicien en énergie, a disparu 5 jours plus tôt dans la centrale d’énergie du secteur Beta-1. Un autre technicien, Kira Valen, a entendu des bruits mais n’a rien vu.
- Miko Raan, un ingénieur civil, a disparu 4 jours plus tôt sur le chantier du secteur Gamma-2. On n’a retrouvé de lui que quelques objets.
- Livia Martek, la botaniste, a disparu dans la serre du secteur Alpha-3, quelques 3 jours plus tôt – une caméra de sécurité a repéré quelque chose, mais c’était difficilement exploitable.

Très vite, les deux sœurs s’organisèrent. Eleanore se rendit sur le chantier enquêter sur la disparition de Miko Raan, pendant que Victoria irait voir la vidéo de Livia Martek.

Arrivée sur les lieux, la première fut guidée par un ouvrier qui lui montra l’emplacement où c’était arrivé ; lui-même avait été l’un des premiers sur les lieux après avoir entendu les cris. Hélas, comme c’était un chantier, ils avaient tout enlevé pour ne pas perdre de temps. Il lui raconta qu’une partie de l’installation s’était effondrée, que des cables avaient été arrachés, et des chariots renversés. Il avait repéré quelques traces luminescentes sur le sable, mais tout avait depuis longtemps été recouvert.
Usant de ses capacités mentales, Eleanore tenta de percevoir ce qui s’était passé. Mais le vent et le bruit du chantier alentour ne lui permit pas d’atteindre la sérénité suffisante pour puiser dans ses capacités.
Alors l’ouvrier la mena dans un cabanon de métal, un peu plus loin, où il lui montra le casque de Miko : celui-ci était fendu d’une grande balafre. Une trace de griffe ? L’endroit étant plus calme, elle parvint cette fois à se concentrer suffisamment pour voir ce qui s’était passé autour de ce casque. Elle assista alors à l’agression, qui fut violente. Mais en revanche, l’agresseur était si rapide qu’elle ne parvint pas à le voir distinctement. Tout juste devina-t-elle une ombre…

De son côté, Victoria se rendit à la salle de surveillance où étaient transmises les images des caméras de sécurité – peu nombreuses en vérité. Sur la vidéo de l’enlèvement de Livia, elle vit une ombre passer à grande vitesse. Elle eut beau trafiquer l’image le plus possible, il fut impossible de rendre l’image plus nette. Tout ce qu’elle vit du kidnappeur fut… une ombre.

Se retrouvant plus tard pour échanger leurs informations, les deux sœurs se rendirent dans le dôme du secteur Beta-1, où elles ne purent rien trouver de plus, bien que l’endroit eut été laissé en l’état. Des outils éparpillés, des panneaux de contrôle abîmés, des traces de griffures… Tout ce qui restait d’elle fut une torche cassée au sol, et une clé électronique fondue. Le technicien Kira leur raconta qu’il avait vu une ombre passer très vite, avant que l’éclairage ne vascille. Mais une fois la lumière rétablie, c’était trop tard.

La journée prenant fin, ils se retrouvèrent tous au réfectoire, où les deux sœurs échangèrent sur leur enquête, mais pour l’instant, à part cette histoire d’ombres, il n’y avait rien de probant.

Le lendemain, après une nuit passée dans un baraquement bruitant soumis aux vents violents, elles retrouvèrent le gouverneur. L’échange qui suivit leur apprit l’existence d’un peuple d’autochtones primitifs situé à quelques kilomètres de la colonie. Par précaution, elles demandèrent à s’y rendre pour les interroger. On leur confia un véhicule, et elles purent ainsi traverser les vastes étendues désertes qui environnaient la colonie.

Après une bonne heure de route à grande vitesse, elles atteignirent une sorte de jungle aux plantes étranges dans laquelle elles s’engagèrent, avant de quitter leur véhicule. Très vite, elles repérèrent de profondes traces de sabots. En les suivant, elles finirent par tomber sur un groupe d’humanoïdes à la silhouette musculeuse et au faciès primitif, tirant un énorme smouglof harnaché.
Passé le premier contact un peu tendu, elles parvinrent à communiquer quelque peu. Il fut certes difficile de leur montrer la vidéo sur un petit appareil, mais lorsqu’enfin l’un d’entre eux réussit à regarder l’image plutôt que le gadjet, il sembla comprendre ce qu’elles voulaient.

Et enfin, il finit par leur montrer une direction, pointant vers les montagnes qui, à l’horizon, dépassaient de la jungle…
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

[Chroniques] Rapports de missions Empty
MessageSujet: Re: [Chroniques] Rapports de missions   [Chroniques] Rapports de missions EmptyDim 9 Juin 2024 - 10:49

Le Cantique des Quantiques – Prologue : Bobb, l’Emmerdopod
Scénario officiel maîtrisé par Chrysalid le 08/06/24
Victoria et Toki • Secteur galactique 3 • année 2722

Après avoir passé ses classes avec succès dans la prestigieuse Mégacadémie, la jeune Toki, une jeune samouraï repêchée dans le Japon médiéval, était devenue membre de la Sécurité Extérieure à Galaxity. Et c’est ainsi que, à l’âge de 19 ans, elle était l’une des meilleures de sa promotion en même temps qu’elle en était la plus jeune.
Dans les locaux du SST, elle fut accueillie par le Commandant Valdoran qui lui parla de la vie sur le terrain, et des dangers qu’elle risquait en effectuant les missions qu’ils allaient lui confier – mais la jeune femme avait foi en ses capacités et ne doutait pas de ses succès futurs.

Pour sa première mission, elle fut affectée à l’agente Victoria, qui revenait d’un voyage sur Xenara dans le Secteur Galactique 3.
C’est ainsi que la jeune Toki rencontra Victoria, dont la sœur jumelle Eleanore était indisponible pour l’heure. Hélas, la rencontre fut de courte durée, car on les affecta immédiatement à une urgence : les bornes de sécurité temporelles avaient repéré un mystérieux drone messager qui traversait le temps par ricochets chaotiques. Bondissant à bord d’un vaisseau XB-27, Victoria et Toki s’élancèrent à sa poursuite. Mais très vite, le petit moteur du biplaces commença à surchauffer – elles perdirent sa trace.
Tant bien que mal, elles parvinrent à atteindre l’astéroïde SORE-334, une base du SST située dans une région inhabitée de la galaxie.
Elles tombèrent sur l’officier Slane qui, croulant sous le travail, profita de leur présence pour leur assigner une mission – après tout, elles avaient perdu la trace du drone, et étaient donc totalement disponibles. Une fois leur XB-27 réparé, elles furent envoyées sur GLANBOL VII, une ancienne colonie minière de Galaxity désormais abandonnée, ses mines de métaux rares ayant été totalement épuisées…

L’enquête de routine qu’elles menèrent sur place dura quelques semaines, à la suite de quoi elles se préparèrent à retourner sur SORE-334… jusqu’à ce qu’elles réalisent que le moteur de leur petit XB-27 était grillé.
Prenant une pause dans un troquet du quartier, elles croisèrent brièvement Bobb, un glanbolien appartenant à une catégorie particulière : lui et ses semblables avaient un caractère si exécrable que les premiers colons les avaient baptisés des « Emmerdopod ». Quoi qu’il en soit, les deux agentes de Galaxity eurent un bref échange avec Bobb l’Emmerdopod au cours duquel il leur apprit qu’il venait de trouver le Sésame lui permettant d’enfin quitter cette foutue planète. Puis il les quitta après avoir vidé un verre et avoir insulté tout le monde.
De retour à leur petit vaisseau, elles reçurent un message urgent de l’astéroïde. Elles devaient arriver au plus vite car l’officier Slane avait une nouvelle mission à leur donner. Elles répondirent que leur vaisseau étant abîmé, elles seraient dans l’incapacité de se présenter dans les temps – ce à quoi l’agent leur répondit de se débrouiller, et de faire vite.

Quelque peu désabusées, Victoria et Toki se rendirent dans un garage où elles eurent bien du mal à convaincre le mécanicien, un glanbolien du nom de Vloob, de venir jeter un coup d’œil à leur moteur. C’est ainsi que celui-ci leur diagnostiqua le problème : leur compresseur magnétique à antimatière était défectueux. Or, pas de chance, il avait vendu son dernier compresseur à Bobb un peu plus tôt dans la journée.

Obtenant l’adresse de celui-ci dans le troquet précédemment visité, elles se rendirent donc chez Bobb. Bien évidemment, celui-ci refusa de leur céder la pièce qui leur était nécessaire – comme elles n’avaient pas de temps à perdre, elles dégainèrent toutes deux leurs paralyseurs légers et le canardèrent pour le compte. Ensuite, elles n’eurent plus qu’à se servir.

Quelques bloutoks et l’intervention d’un garagiste plus tard, et leur vaisseau était remis en état de marche. En peu de temps, elles étaient sur SORE-334, où l’agent Slane les accueillit avec une remarque sur leur retard.
Puis, très vite, il diffusa une vidéos sur les écrans de contrôle : il s’agissait d’une publicité pour les Croisières Coca Rista – une annonce type, précisa Slane, avant de lancer une seconde vidéo. Cette fois-ci, il était question d’une croisière spécifique. C’est ainsi que la célèbre Sya Nouf, une actrice à trois seins de chez Paradise Studios, présenta le prochain voyage du Galactic Princess. Celui-ci emmènerait bientôt ses passagers assister au Big Crunch : oui, la fin du monde.

Une fois les publicités terminées, Slane leur parla de l’inquiétude du SST. Certes, tout ceci n’était probablement qu’un attrape-couillon, un effet de pub. Mais par acquis de conscience, le Superintendant voulait envoyer officieusement quelques agents pour enquêter sur Coca Rista, dont les locaux étaient situés sur NAZARIIUS, dans le système Izar. L’idée était surtout de s’assurer que l’agence ne dispose pas de moteur spatio-temporel.

Il précisa aussi que cette invitation était nominative. Les services du SST l’avaient interceptée en surveillant Zorzog, un politicien corrompu de Bourgnouf l’Industrieuse qui prenait systématiquement parti contre Galaxity – d’où sa surveillance. De fait, s’il était possible d’avoir une liste des autres hurluberlus qui avaient répondu à l’invitation, ce serait parfait.

Désireuses de mener cette mission à bien, les deux agentes mirent au point un plan. Victoria se déguiserait en noble de Syrte-la-Magnifique – elle neuroghargea les informations de ce monde pour parfaire son rôle – tandis que Toki se ferait passer pour sa servante/garde du corps, et neurochargerait, quant à elle, les informations sur Narariius. Elles parfairent leur déguisement, et se rendirent à leur vaisseau remis à neuf, puis mirent le cap sur le système Izar.

Lorsqu’elles arrivèrent en vue de la ville, elles furent émerveillées par cette immense cité aux millions de lumières. Des zones urbaines sur des kilomètres, des gratte-ciels immenses et des véhicules volants vrombissant dans toutes les directions, sans compter tous les vaisseaux qui allaient et venaient de l’espace jusqu’à l’Astroport de Nazariius.
Elles s’y posèrent, moyennant un coût assez élevé pour le parking, et prirent un taxi volant jusqu’aux locaux de Coca Rista.

C’est là que l’enquête débuta réellement.

Prenant leurs rôles à cœur, les deux agentes entrèrent et rencontrèrent la secrétaire, Ségonia, une belle plante à tous les sens du terme. La conversation qui s’ensuivit entre Victoria et Ségonia leur permit d’apprendre que la Croisière du Big Crunch était le grand projet de Melon Usk, le PDG de Coca Rista. Elle évoqua aussi son second, Nanard Nattle.
Elles apprirent aussi la liste des 6 escales prévues, avant le clou du spectacle, un « voyage temporel » ! Mais cette information semblait faire sourire Ségonia, car à chaque mention de ce « voyage temporel », elle ne pouvait s’empêcher de mimer des guillemets avec ses branches.
Comme l’échange sembla dériver lentement en une forme de flirt, Victoria s’engouffra dans la brèche – après tout, la belle plante semblait ouverte, il était providentiel d’en profiter. La belle anglaise joua alors de ses charmes, et parvint à obtenir la liste des invités. Mais en poussant la séduction encore plus loin, elle parvint même à récupérer deux invitations, chipées à un client qui, Ségonia en était sûre, ne viendrait pas.

Finalement, avant de poursuivre l’enquête, les deux agentes transférèrent la liste des invités à la station de SORE-334, où un agent lança une analyse. Il leur apprit qu’il y avait là des ambassadeurs du ConSec, des Logiciens Stoïques, des Irrationnels, des Cosmothéologiens, des Boudubouddhistes, des adeptes du Dogme du Néant Éternel, ainsi que de nombreux habitués de Coca Rista…
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

[Chroniques] Rapports de missions Empty
MessageSujet: Re: [Chroniques] Rapports de missions   [Chroniques] Rapports de missions EmptyDim 16 Juin 2024 - 19:19

La Planète des Merveilles
Scénario maîtrisé par Sarlenn le 15/06/24
Agent Orion • Secteur galactique 5 • année 2722


Lorsque le jeune Agent Orion, 20 ans et tout juste sorti de la Mégacadémie, fut convoqué par le Commandant Terius Varn pour son intégration officielle dans le Service Spatio-Temporel, il ne s’attendait pas à être envoyé immédiatement en mission. Et seul, qui plus est. En effet, sans perdre de temps en palabres inutiles, le commandant Varn lui parla de la planète XACTRANIS, située dans le Secteur Galactique 5 – très très loin de la Terre donc. Apparemment, les sondes venaient de repérer ce monde encore inconnu, et les premiers relevés indiquaient la présence d’un minerai qui serait susceptible d’intéresser Galaxity – une potentielle nouvelle ressource susceptible de favoriser son expansion économique.
Lorsque le jeune homme interrogea le fier administrateur au sujet de ce monde, celui-ci lui répondit qu’il y avait apparemment une épaisse végétation luminescente ainsi qu’une faune animale, mais à priori, aucune trace de civilisation.
La mission consistait à se rendre sur place, mener une succincte enquête sur les lieux, et surtout effectuer une analyse de ce fameux cristal, située dans une caverne.

Prêt à tout, le jeune agent se rendit à l’astroport où un vaisseau l’y attendait. Durant le trajet, il en profita pour se neurocharger dans le crâne toutes les informations possibles sur Xactranis – mais à la vérité, les sondes n’ayant récupéré que quelques bribes d’informations, il n’apprit en vérité que peu de choses sur ce monde.
Le voyage fut très rapide, car à peine en orbite, le vaisseau fit un saut dans l’espace-temps et se retrouva à proximité du nouveau monde. Le pilote se posa et précisa à l’Agent Orion qu’il reviendrait le chercher d’ici 24 heures.

À présent seul au milieu d’une clairière tandis que la navette terrienne disparaissait dans les nuages, le jeune agent se concentra sur sa tâche.
Ici, la gravité semblait légèrement plus forte que sur Terre. Autour de lui s’élevait une épaisse flore aux formes étranges, peuplée de petits animaux ailés phosphorescents. Et ici, chaque pétale et chaque feuille émettait une lumière envoûtante ! À son approche, des spores s’élevèrent que le jeune homme évita bien de respirer.
Avec une grande prudence, il avança, provoquant dans les plantes alentours des vagues de lumières douces. Avec une démarche lente et respectueuse de ce nouvel environnement, il s’enfonça dans la forêt dans la direction supposée de la montagne où se situait la caverne.

Suivant un bruit d’écoulement, il finit par arriver sur les rives d’une rivière dans laquelle s’ébattaient des petits êtres presque humanoïdes. Il tenta de les ignorer et de s’éloigner en marchant le long de la berge, mais ceux-ci semblèrent s’intéresser à lui, émettant à son passage d’inquiétantes lumières orangées. Certains d’entre eux s’enfuirent. Comprenant qu’il avait involontairement attiré leur attention, il se tourna vers eux et prit une attitude paisible pour leur faire comprendre qu’il n’était pas une menace. Certains s’approchèrent, leur lumière vira au jaune. Lorsqu’il s’assit dans l’herbe, tous s’enfuirent sauf un, qui vira au vert. Finalement, celui-ci tendit un membre vers lui, comme s’il réclamait un cadeau. Voyant là l’occasion de communiquer avec une espèce inconnue, Orion dégrafa une boucle de son uniforme et le lui donna. Le petit être s’en empara et plongea dans la rivière… avant de revenir et de réclamer autre chose. Alors Orion lui offrit son épaulière gauche. À nouveau, celui-ci s’enfuit avant de revenir avec un second petit être. Cette fois, il leur offrit son épaulière droite… mais à peine eurent-ils disparus qu’il se releva et reprit sa route – à l’évidence, ces êtres ne représentaient pas un danger, hormis celui de se retrouver nu sur un monde inconnu. Par la suite, ces créatures seraient référencées sous le nom de FLUVIARDS.

Un peu plus loin, l’Agent Orion sentit une présence. Il s’arrêta et chercha autour de lui : il y avait une forme dans un arbre, au milieu de laquelle deux yeux l’observaient avec attention. Dans les arbres voisins, d’autres formes de même gabarit semblaient attendre en silence. À l’évidence, le représentant de Galaxity était cerné.
Comme avec les Fluviards, il prit une pose paisible, voulant à tout prix éviter d’être pris pour une menace. Alors l’un des êtres descendit et s’approcha de lui. La silhouette humanoïde couverte d’écailles bleutés, le nouveau venu avait les membres longs et massifs.
Alors, il émit un souffle qui ressemblait au mot « Menace ». Le traducteur universel avait-il déjà résolu la nature de leur langue ? Sans se démonter, Orion répondit simplement « Ami ». À partir de cet instant s’instaura une étrange conversation à base de mots simples et de phrases basiques, grâce auxquels l’Agent de Galaxity parvint à leur faire comprendre qu’il ne leur voulait pas de mal. Les GLOMPHS furent étonnés d’apprendre qu’il était un voyageur en provenance d’une autre étoile – mais ils semblèrent plus surpris par la raison de son voyage que par sa capacité à le faire. En effet, les Glomphs n’avaient pas besoin de voyager. L’esprit de découverte et la curiosité naturelle des humains leur était totalement étrangères. Car eux avaient un autre moyen de ressentir des choses. Alors l’être présenta à Orion un petit morceau de cristal luminescent. Intrigué, le jeune agent le toucha du bout des doigts… et soudain éclata d’un rire inattendu ! Le cristal s’éteignit, et le Glomph le reprit.
Celui-ci expliqua à Orion que les cristaux de la montagne permettaient aux Glomphs de ressentir toutes les émotions possibles, et qu’ils n’avaient pas besoin de voyager pour se sentir vivants.

Voici enfin les fameux cristaux. Orion remercia son interlocuteur à grands renforts de marques d’humilité, et les autochtones s’éloignèrent, comme rassurés.

Après une marche encore relativement longue (il avait quitté la clairière depuis des heures), Orion était en train de gravir une montagne en direction de la fameuse caverne. Et sans surprise, lorsqu’il y entra, l’endroit s’éclaira naturellement, comme si les innombrables cristaux qui couvraient les murs sentirent sa présence. Ils étaient si nombreux qu’ils cachaient littéralement les murs et le plafond !
Alors Orion put commencer sa mission – touchant un premier cristal, il fut soudain empli d’une profonde tristesse. Il comprit ce que les Glomphs lui avaient racontés. Il ramassa un morceau de cristal qui traînait au sol et le mit dans l’appareil d’analyse qui lui avait été fourni. S’enfonçant dans les tunnels, il toucha d’autres cristaux pour les mettre dans l’appareil d’analyse – et à chaque fois, il était envahi d’une émotion différente, voie même parfois se produisait-il des effets allant au-delà des émotions ! Très vite, le jeune agent du SST comprit qu’il avait affaire à des pierres aux effets totalement aléatoires.

Lorsqu’il commença à ressentir l’effet de la fatigue, il décida de se poser là, et de prendre quelque repos.

À son réveil, il remarqua tout de suite qu’il avait dormi plus longtemps que prévu. Aussitôt, il reprit la route de la surface. À plusieurs reprises, il manqua de prendre le mauvais embranchement et de se perdre dans les couloirs, mais par chance, il retrouva son chemin sans difficulté.
Au dernier embranchement, il remarqua un bruissement provenant de l’autre couloir. Par curiosité, il s’y engagea et tomba nez-à-nez avec de grosse bestioles insectoïdes aux pinces menaçantes qui l’attaquèrent sans sommation ! Dégainant son fulgurant, Orion tira quelques rafales autour de lui qui lui permirent de s’enfuir ! Il atteignit la sortie peu après, les monstres ne le suivirent pas dehors.

Quelques heures de marches lui permirent de revenir à la clairière où le vaisseau de Galaxity l’attendait déjà.

Un saut dans l’espace-temps, et il avait déjà traversé la galaxie, où aussitôt, il fut convoqué pour un débriefing avec le commandant Varn. Au cours de l’entretien qui suivit, le jeune agent lui fit part de ses observations personnelles, et déconseilla l’utilisation du cristal xaltranite, officiellement en raison de sa nature imprévisible, et donc potentiellement instable, ce qui rendait sa manipulation dangereuse. Mais en réalité, il tentait maladroitement de détourner sa hiérarchie de cette petite planète lointaine, dont il savait pertinemment qu’elle finirait envahie par les machines d’extraction et les raffineries de l’empire terrien. Il ne pouvait s’empêcher de ressentir un pincement au cœur en pensant aux Glomphs qui lui avaient fait confiance, et dont les responsables de Galaxity se ficheraient éperdument pour peu que leur planète cache une ressource à extraire.
Néanmoins, il fut félicité pour son résultat et reçut une promotion immédiate…
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Contenu sponsorisé





[Chroniques] Rapports de missions Empty
MessageSujet: Re: [Chroniques] Rapports de missions   [Chroniques] Rapports de missions Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Chroniques] Rapports de missions
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALIEN [Chroniques]
» Pathfinder Chroniques
» [Chroniques] Aventures au Troisième Âge
» [Chroniques] Aventures au Deuxième Âge
» [Chroniques] Aventures sur Titan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Antre de Chrysalid :: Les Jeux de Rôle :: Valérian-
Sauter vers: