L'Antre de Chrysalid
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Antre de Chrysalid

Des Terres du Milieu à Golarion en passant par l'Ultime Frontière ou une Galaxie très lointaine, voici les chroniques d'une table de rôlistes dont les aventures ne s'arrêtent jamais...
 
PortailAccueilDernières imagesS'enregistrerConnexion
-17%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS Centrale vapeur HI5900/22 5,2 bar
59.99 € 71.99 €
Voir le deal

 

 Ghostbusters JDR

Aller en bas 
AuteurMessage
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

Ghostbusters JDR Empty
MessageSujet: Ghostbusters JDR   Ghostbusters JDR EmptyDim 29 Oct 2023 - 11:22

Le manoir du Docteur Jung
Scénario écrit et maîtrisé par Chrysalid • 28/10/23
June Blackwell • New York, décembre 1984


Le mois de décembre avait étendu sur la cité de New York une bruine froide et désagréable. La cité était dans une sorte d'effervescence dûe à la découverte récente d'évènements qui avaient le don de diviser la population. Les fantômes existaient ! Et plus précisément, ils avaient failli provoquer une invasion à grande échelle depuis un immeuble situé à la frontière de Central Park – et tout avait été filmé et diffusé en direct ! On raconte que la ville – et potentiellement le monde entier – avait été sauvé par l'intervention de ceux qui se faisaient appeler les "Ghostbusters" de l'agence S.O.S. Fantômes. Néanmoins, bien que les évènements furent filmés et qu'il y eut de nombreux témoins des évènements de ce fameux Vendredi 9 Novembre 1984, il y avait encore beaucoup de gens qui refusaient de croire ce que la télévision leur avait montré. Mystification, tromperie, mensonge, tout était bon pour provoquer la discorde, et les conflits allaient bon train parmi la population de New York, entre ceux qui croyaient, et ceux qui préféraient se terrer dans l'ignorance.

Mais June Blackwell n'était pas de ceux-là. La jeune afro-américaine de 23 ans, guitariste à ses heures et résidant à Soho, avait déjà été témoin de choses étranges dans sa vie qui lui avaient prouvé que le monde ne se limitait pas à ce que nos yeux peuvent percevoir. Avoir une grand-mère qui pratiquait le vaudou lui avait ouvert les yeux sur le monde des esprits.
Cependant, l'intrusion des fantômes dans le quotidien bien concrêt du new-yorkais moyen avait quelque peu changé la donne. Car si June avait toujours eu ce savoir, elle n'en avait jamais vraiment fait étalage, préférant conserver cela comme un trésor, un secret que les "gens normaux" n'étaient pas prêts à entendre. Alors que faire à présent qu'ils étaient tous au courant ?

Mais si June se torturait beaucoup l'esprit quant à ces évènements récents, il lui était arrivé quelque chose d'autre qu'elle ne pourrait ignorer longtemps : depuis ce fameux 9 novembre, elle faisait des cauchemars. En effet, elle percevait des présences dans son sommeil, et devinait une image qu'elle ne parvenait à préciser. Régulièrement depuis cette date, elle s'éveillait au matin épuisée, en sueur, perturbée, avec de vagues souvenirs flous et imprécis, souvenirs qui s'effaçient très vite après son réveil. Si elle n'en faisait pas état au début, les jours et les semaines passant, elle devait avouer que les choses persistaient, voire se précisaient. En effet, au bout de 3 semaines, elle entendait des voix l'appeler "À l'aide…", des voix d'enfants… En outre, l'image avait fini par se clarifier, il s'agissait d'une maison, d'un manoir d'aspect gothique et effrayant. Elle ne l'avait pas reconnu tout de suite, mais elle connaissait cette masure, du moins elle ressemblait à un bâtiment qu'elle voyait parfois lorsqu'elle se rendait à la maison du petit Thomas, à qui elle donnait des cours particuliers. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Si des esprits la contactaient pour qu'elle se rende à cette adresse, c'est que la situation exigeait une enquête, mais pourquoi elle ? Et comment s'y prendre ?

C'est au matin du lundi 10 décembre, après une énième nuit de cauchemars, qu'elle décida d'aller jeter un œil à cette fameuse adresse. Comme tous les lundis matins, elle prit le taxi pour aller donner ses cours au petit Thomas, à Greenwich Village. Mais une fois la séance terminée, elle ne rentra pas chez elle directement. Cette fois, elle fit un arrêt devant ce fameux manoir ; la première chose qu'elle remarqua, c'est qu'il était bien moins effrayant que dans ses rêves. C'était, à première vue, un manoir ordinaire, une sorte de grande maison appartement à un riche propriétaire, avec un jardin encerclé par une grille noire en fer forgé. La boîte aux lettres indiquait le nom de Evan Jung, Psychiatre. Totalement inconnu au bataillon. Elle guetta les fenêtres, mais ne vit aucun mouvement. Le jardin paraissait à peu près entretenu, eu égard à la saison froide, et il n'y avait pas de végétation galopante qui aurait pu trahir un site abandonné. Elle entra dans le jardin pour monter jusqu'à la porte, mais ne remarqua, là non plus, rien de suspect. Ce premier contact avec le manoir de ses cauchemards ne lui apporta aucune réponse, et elle décida de quitter les lieux sans pousser son enquête plus avant – qu'aurait-on pu penser d'elle, une jeune noire qui vient rôder dans un quartier aisé ? Sa grand-mère n'apprécierait probablement pas.

Mais au soir, elle lui raconta, et la réponse de la vieille dame fut sans appel : si des esprits la contactaient, c'est qu'il y avait une bonne raison. Elle ne devait pas laisser traîner ça.

Le lendemain, mardi 11 décembre dans la journée, June retourna chez le petit Thomas, prétextant qu'elle y avait oublié quelque chose. Elle en profita pour demander à la mère de celui-ci si celle-ci avait déjà entendu parler du Dr Jung – en effet, ce nom ne lui étant pas inconnu, et c'était apparemment un docteur à la réputation sans tâche. Mais elle ne savait rien de plus.

Ensuite, June se rendit devant le fameux manoir. Elle poussa la grille et monta jusqu'à la porte d'entrée, où elle toqua. Pas de réponse. Elle actionna la sonnette, mais sans réponse à nouveau. June fit prudemment le tour de la maison et atteignit la porte de derrière où elle chercha un moyen d'entrer. Les fenêtres étaient toutes bien verrouillées, mais en poussant ses recherches, elle eut la chance de découvrir une clé cachée sous le tapis ! Euréka, elle n'aurait même pas à briser une fenêtre ! Elle entra alors dans une sorte de salle à manger luxueuse avec de nombreuses portes. Alors commença une lente exploration d'un lieu manifestement inhabité depuis peu, comme en témoignait la poussière assez peu présente.
La première rencontre notable arriva dans le grand salon, lorsque la jeune femme fut "attaquée" par une apparition lumineuse qui ressemblait à un visage hurlant ! Terrorisée, June quitta les lieux au plus vite !

La découverte d'un bureau lui permit de repérer des documents, parmis les quels un agenda des rendez-vous. Or, première surprise, il y avait bien des rendez-vous enregistrés ces derniers jours, ce jour-même, et dans les prochains jours. Quelle heure était-il ? 10h30 environ ? Étrange, car d'après ce document, il aurait dû y avoir un rendez-vous à ce moment même…

Traversant le grand hall, la jeune fille se rendit dans l'autre moitié du rez-de-chaussée, et découvrit la cuisine. Là, elle remarqua de la vaisselle qui traînait, du pain durci et de la viande raccornie. Et le four n'avait manifestement pas été allumé depuis un certain temps. L'idée que le fameux docteur Jung soit en vacances paraissait intéressante, mais ça contredisait cette liste de patients qu'il était sensé recevoir durant cette période.
En ouvrant le cellier, June fit une seconde rencontre effrayante : la porte se referma derrière elle, et tous les fruits, légumes et morceaux de viande s'élevèrent d'eux-mêmes pour se jeter sur elle avec une violence inouïe ! Blessée et terrifiée, elle quitta les lieux en trombe !
La jeune fille en avait assez vu pour savoir que ce qui se passait dans cette maison n'était pas normal. Il était temps de quitter les lieux, mais non sans avoir auparavent noté tous les rendez-vous et les numéros de téléphone des patients de ces trois derniers jours.

Dans l'après-midi, de retour chez elle, June passa de nombreux coups de fils, et apprit de la bouche des patients ou de leurs proches que le docteur Jung n'avait honoré aucun rendez-vous ces 3 derniers jours.

C'est à ce moment-là qu'elle se décida : oui, il était temps de faire appel à des professionnels. Une course en taxi l'amena, en fin de journée, jusqu'à la fameuse caserne des Chasseurs de Fantômes, où elle fut reçue par une secrétaire morose, Janine Melnitz, qui l'écouta d'une oreille distraite. Mais sa morosité se renforça lorsque June lui raconta qu'elle était sans le sou. Janine lui expliqua que S.O.S. Fantômes était une entreprise à but lucratif, et qu'ils étaient là pour gagner de l'argent. Il n'était pas dans leurs habitudes de travailler pour la beauté du geste.
Mais elle accepta d'appeler l'un de ses supérieurs. Ce jour-là, seul le scientifique de l'équipe était là, et c'est ainsi que June rencontra Egon Spengler qui l'écouta à son tour. Mais celui-ci n'avait guère de temps à lui accorder, et elle finit par quitter les lieux, bredouille.


Mercredi 12 décembre arriva, et au réveil, la première chose que June remarqua, c'est que ses rêves devenaient plus intenses que jamais. L'image du manoir se faisait de plus en plus énorme, étoufante. Il était temps d'y mettre un terme.
Très vite, elle retourna au manoir qu'elle commença à observer depuis le trottoir. C'est à ce moment-là qu'une voiture de police s'arrêta juste devant la maison. L'un de ses occupants baissa sa vitre et l'appela. Il lui demanda, d'un ton assez dur, ce qu'elle faisait ici. Sans se démonter, June lui répondit qu'elle était sujette à d'horribles cauchemars et elle cherchait à rencontrer ce docteur Jung, dont elle avait beaucoup entendu parler, pour prendre un rendez-vous. Mais apparemment, personne ne répondait. Par chance, elle se montra suffisamment convaincante pour que la patrouille quitta les lieux sans l'inquiéter plus que cela.

Lorsque la voiture eut disparue au coin de la rue, June entra dans le jardin, fit le tour de la maison, et entra par derrière. Cette fois, elle ramassa une poële dans la cuisine pour se défendre au besoin, puis monta à l'étage où elle commença à explorer les portes de droite. Elle y trouva un "petit" salon, quelques couloirs bizarrement disposés, une porte fermée à clé… et une pièce obscure où régnait une épouvantable odeur de pourriture et de brûlé ! Frissonnant de tout son corps, la jeune femme alluma la lumière et découvrit là un laboratoire aux nombreuses cornues, fioles et rubes à essais… ainsi qu'un cadavre dessêché et noirci attaché à une table verticale ! Sans demander son reste, elle éteignit la lumière et referma la porte !

Plus loin, elle découvrit une chambre d'enfant où elle fut surprise d'y entendre des rires et une voix, sans pour autant y voir personne. Des jouets commencèrent à bouger de leur propre chef, comme manipulés par une main invisible. Maîtrisant sa peur, June tenta de parler avec l'enfant qui hantait cette pièce, mais il ne semblait pas y avoir de contact possible.

Dans la moitié gauche de l'étage, elle finit par entendre des craquements de bois provenant d'une pièce voisine. Ainsi il y avait quelqu'un dans le coin ? Elle découvrit alors une chambre d'ami dans laquelle se trouvait une silhouette presque immobile. Le Docteur Jung ? Lorsque celui-ci se tourna, la jeune femme fut terrorisée de réaliser qu'il arborait des yeux noirs comme la nuit ! Il commença alors à parler dans une langue inconnue, tout en se jetant sur la jeune femme, toutes griffes dehors ! Elle le reçut avec un coup de poële en fonte ! Le duel fut rapide et violent, et si June fut griffée, son adversaire finit par tomber au sol, le crâne en sang. C'est alors qu'une vapeur noirâtre s'échappa de son corps – sans demander son reste, June quitta le manoir et s'enfuit dans la rue.

Dans l'après-midi, elle était de retour à la caserne de ces soi-disant "spécialistes", où elle fut reçue cette fois-ci par Winston Zeddemore, un peu l'homme à tout faire de l'équipe, qui accepta de l'écouter avec bienveillance. Mais lorsqu'il réalisa l'état de fébrilité dans laquelle se trouvait la jeune femme, il préféra l'emmener dans un café du quartier pour partager cookie et boisson avec elle, le temps qu'elle se calme.
Ce moment de repos fut providentiel pour la jeune femme, qui parvint à reprendre le contrôle de ses nerfs. Elle raconta toute l'histoire en détails, à l'issue de quoi Winston accepta de l'accompagner au manoir "en toute discrétion".

Tous deux retournèrent à la caserne, et Winston se mit au volant de leur fameuse voiture blanche Ecto-1 pour se rendre directement chez le Dr Jung. Lorsqu'ils arrivèrent, l'après-midi touchait à sa fin, et l'obscurité s'étendait sur la ville. Les deux compères du moment contournèrent la maison et y entrèrent. Ils pontèrent rapidement à l'étage où le spectre était là, qui les attendait près du corps inerte du Dr Jung. Très vite, Winston tenta de le canarder avec son fusil à proton, et un combat s'engagea entre les deux. Le spectre était puissant et semblait résister à ses attaques. Finalement, après avoir échangé quelques coups, le spectre s'enfuit vers le laboratoire, où Winston le rattrapa. Mais ce dernier succomba à une embuscade. Lorsque June se retrouva seule face au spectre, elle n'eut d'autre choix que de ramasser le pack de protons de Winston et de s'en équiper. Depuis qu'elle était entrée dans le manoir avec ce dernier, elle avait bien observé la façon dont il l'avait utilisé, et s'estimait désormais capable de lutter contre le démon – par chance, celui-ci avait été largement affaibili par son combat contre Winston, aussi n'eut-elle qu'à le toucher avec quelques décharges de protons, qui eurent rapidement raison de lui. Lorsque le raison jaunâtre se changea en effluve de capture, elle se demanda alors ce qu'elle était sensée faire. Criant et touchant Winston du pied, elle demanda de l'aide, et celui-ci reprit partiellement conscience. Toujours à terre, il attrapa un piege qui pendait à sa ceinture et le lança sous le spectre, avant d'appuyer sur la poignée à la main – la créature vaporeuse fut aspirée, mettant fin à la menace.

Lorsqu'ils retournèrent à la caserne, Winston félicita June pour sa réactivité. Il était impressionné par la jeune femme. Et avant de se quitter, il ajouta avec un clin d'œil : "Vous savez, on prend des stagiaires".
O

Finalement, Winston et ses collègues retournèrent au manoir Jung le lendemain, où ils firent quelques découvertes intéressantes. Manifestement, le bon docteur en avait assez de traiter les patients pendant des années sans obtenir de résultat, aussi s'était-il tourné vers les plantes et la médication pour accélérer le processus de guérison. Hélas, il n'avait obtenu jusque là que des résultat catastrophiques, provoquant la mort de quelques enfants, heureusement orphelins et sans attaches. Mais lorsqu'un de ses patients s'était révélé possédé par un esprit, ses expériences avaient libéré le spectre tout en tuant le patient. Le docteur avait été possédé à son tour, et n'avait plus donné de signe de vie depuis lors.

Désormais, June était libérée de ses cauchemards, mais elle n'en avait certainement pas terminé avec ces histoires de fantômes, car la proposition de Winston commença à sérieusement lui trotter dans la tête…
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

Ghostbusters JDR Empty
MessageSujet: Re: Ghostbusters JDR   Ghostbusters JDR EmptyDim 5 Nov 2023 - 11:38

Le retour de Fenrir
Scénario écrit et maîtrisé par Charlène • 04/11/23
Kyle Bradstone • New York, décembre 1984


Le mois de décembre 1984 était froid, et une neige blanche avait recouvert la cité de New York, encore animée par l'effervescence de la récente découverte du monde des esprits. Kyle Bradstone était un jeune adulte à l'esprit un peu obtu qui travaillait à la Bibliothèque centrale – il n'était pas particulièrement intelligent, aussi s'occupait-il du classement des fiches et du rangement des livres que les visiteurs laissaient traîner un peu partout. Ce n'était pas un métier de rêve, mais c'était suffisant pour qu'il puisse se payer un minuscule appartement dans la banlieue newyorkaise. Or, cette histoire de fantôme qui animait la ville le laissaient froid. Non, il ne croyait pas à ces histoires ; certes, il avait bien vu les images filmées sur les lieux durant l'après-midi du vendredi 9 novembre 1984, incluant ce bibendum géant marchant dans les rues, mais il attendait surtout de voir le film. Cependant, il avait bien entendu parler de ces "chasseurs de fantômes", dont les publicités passaient régulièrement à la télévision, mais il se demandait surtout ce qu'ils pouvaient bien cacher. Toutefois, il savait qu'ils existaient, car il les avait brièvement vu passer fin septembre, lorsque quelques témoins avaient signalé la présence d'un "fantôme" dans les archives.
Or, depuis ce jour, Kyle travaillait régulièrement dans les archives, car un petit malin s'amusait à déranger les livres et les fiches pratiquement tous les jours, aussi l'administrateur de la bibliothèque, Roger Delacorte, l'y envoyait-il régulièrement. Et bien qu'il n'eut jamais vu lui-même ce fameux esprit, lui-même n'avait jamais rien vu à ce jour – tout au plus entendait-il parfois quelqu'un lui faire "chuuuuut" lorsqu'il pestait trop fort. Mais il n'avait jamais trouvé où se cachait le petit plaisantin.

C'est le mardi 17 décembre que le jeune Kyle remarqua un problème en rangeant les fiches une énième fois : il y avait une liste de 6 livres qui semblaient manquer, empruntés par un certain Emmet Barrow depuis plusieurs mois. Un rapide coup d’œil aux titres lui permit de remarquer que tous abordaient un thème en rapport avec la mythologie nordique. Intrigué, il alla signaler ce détail à l'administrateur Delacorte, et celui-ci le renvoya vers Crystal, la secrétaire. Celle-ci, d'un air neutre, lui rétorqua qu'il n'avait qu'à aller les chercher.

Soit, il quitta donc la bibliothèque et prit le métro jusqu'à l'adresse du fameux client, situé sur Church Street au sud de Manhattan. Il sonna et se présenta – un homme à la voix fatiguée lui répondit et lui ouvrit. Au 4e étage, Kyle rencontra le Docteur Emmet Barrow, vieillard fatigué qui fut des plus surpris de voir débarquer le jeune homme. Diplomate, Kyle tenta de lui expliquer qu'il voulait juste récupérer les livres pour éviter au docteur de subir une lourde amende – "Vous savez comment sont les administrations". Alors, le docteur accepta de le laisser entrer, et l'amena jusqu'à la chambre de son fils James, car c'était apparemment lui qui avait emprunté ces livres.
La chambre était un bazar indescriptible de livres par centaines ! Des piles de bouquins en tous genres étaient entassés ici et là dans un capharnaüm sans nom ! Pire encore, il y avait des paragraphes entiers de notes écrites à même les murs ! Remis de sa surprise, Kyle se lança dans ses recherches. Au fil de l'après-midi, il trouva un premier volume, Lupa et Lupus, puis un second, Wagner et les Valkyries. Il trouva enfin le Dictionnaire de la Mythologie Nordique et pour finir le volume Histoires et poésie sur les dieux et le pouvoir. Durant ses recherches, il eut le loisir de constater que d'autres livres provenaient de nombreuses autres bibliothèques de la ville.
Hélas, l'après-midi touchait à sa fin et il lui manquait encore deux livres. Le vieux docteur lui suggéra d'aller interroger son fils à ce sujet – c'était facile, le fameux James travaillait juste en face, en tant que responsable du cimetière de la chapelle Saint-Paul. Soit, Kyle obéit et quitta le vieil homme, les 4 premiers livres sous la main.

En face du bâtiment se trouvait en effet une chapelle entourée d'une grille de fer forgé. Derrière l'édifice s'étendait un petit cimetière. Kyle y entra et rencontra le fameux James – un type roux à l'air sérieux – qui l'accueillit avec toute l'austérité du monde. À nouveau, Kyle tenta de faire preuve de diplomatie, voire d'humour, mais ses tentatives demeurèrent vaines. James lui expliqua que les livres avaient été empruntés par son père Emmet, et que c'est lui qu'il faudrait interroger à ce sujet.
Intrigué, Kyle le quitta et rentra chez lui – la nuit était tombée, la bibliothèque était fermée à cette heure. Lorsqu'il arriva chez lui, un minuscule appartement dans la banlieue newyorkaise, il se surprit à feuilleter les livres. Il apprit ainsi un certain nombre de choses :
Lupa et Lupus traitait des loups dans les légendes. Évidemment, un chapitre traitait des mythes nordiques, avec toute une section sur Fenrir, le fils de Loki et d'une géante, Iarnvidia.
Wagner et les Valkyries parlait de la genèse du fameux Opéra.
Le Dictionnaire des Mythologies Nordiques donnait un aperçu général sur les légendes vikings.
Quant au livre Histoire et poésie sur les dieux et le pouvoir, il semblait être la réédition d'un texte du XVIe siècle. Il comportait un poème sur Fenrir, évoquant ses nombreux massacres – dont celui d'Odin – au cours du Ragnarok, puis sa mort donnée par un asgardien du nom de Vidar.

Durant la nuit qui suivit, le jeune homme fit un étrange rêve au cours duquel il eut l'impression qu'un énorme loup était présent avec lui, dans sa chambre. Mais ça n'était qu'un cauchemar.

Mercredi matin, le 18 décembre, il se rendit donc à la Bibliothèque avec les 4 premiers livres qu'il apporta à la secrétaire. Il précisa évidemment qu'il n'avait pas réussi à mettre la main sur les 2 derniers, aussi lui permit-elle de quitter vers 16h00 pour retourner chez le docteur Barrow.
Il passa la journée à faire ce qu'il faisait toujours, ranger les fiches et les livres. Puis il reprit le métro jusqu'à Church Street où il retourna chez le docteur Barrow. Mais comme celui-ci ne répondit pas, il dut aller déranger le fils au cimetière pour avoir accès à la chambre – mais une fois à l'appartement, James enguirlanda son père, enfermé dans sa chambre avec de la musique, avant de retrouver lui-même les livres dans le capharnaüm. Kyle le remercia et le quitta.

Mais lorsqu'il rentra chez lui, la nuit venue, il fut plus intrigué par ces deux volumes. À nouveau, il ne put s'empêcher de les potasser, et découvrit de nouvelles choses. Le premier livre, recouvert d'une protection de plastique, était intitulé Poésie Lyrique et Légendes des Mythes. C'était un magnifique ouvrage à la couverture de cuir élimé, et au titre rouge et or. Il s'agissait là une vieille édition datant de 1902, publié à Londres. Il parlait de Loki et de son amante Iarnvidia, et semblait être une ode à la gloire des victimes du Ragnarok, le crépuscule des dieux. Il évoquait aussi les enfants de Fenrir, les loups Hatti et Sköll qui, d'après la légende, viendraient le venger.
Tout cela, sans qu'il ne sache pourquoi, perturba le jeune homme.
L'autre livre avait perdu sa jaquette, et sa couverture de toile n'affichait aucun titre. Mais son contenu ne présentait rien qui n'attira l'attention de Kyle. Il listait surtout les différents lieux d'apparition des personnages du mythe.

Jeudi arriva. C'était le 19 décembre, et Noël approchait. Mais Kyle était plutôt solitaire et ne voyait pas avec qui il pourrait passer les fêtes.
Au lever, vers 05h00, il prit sa douche, et lorsqu'il essuya la buée sur le miroir pour se raser, il sursauta en découvrant l'image en face de lui : c'était le visage d'un loup ! Terrifié, il tenta de comprendre s'il s'agissait de son propre reflet, mais soudain, le loup bondit hors du miroir, toutes griffes dehors ! Par réflexe, Kyle se recroquevilla au sol et bondit hors de la salle de bain en refermant la porte derrière lui ! Mais le loup, énorme, fit exploser celle-ci d'un coup de tête ! Sans perdre une seconde, Kyle s'empara de la seule chaise de l'appartement et frappa le crâne du monstre – la chaise vola en éclat, mais le loup tomba, inerte. S'emparant d'un pied brisé de la chaise, il "poignarda" le monstre entre les omoplates… mais celui-ci avait disparu.

Et la porte de la salle de bain était intacte.

Que se passait-il ? Kyle était-il en train de devenir fou ? Bien sûr, il ne put fournir aucune explication lorsque sa voisine du dessous, l’acariâtre Mary Johnson, vint lui demander d'arrêter tout ce raffut.

De retour dans la salle de bain, Kyle réalisa qu'un message avait été écrit dans la buée sur le miroir. Un message… en runes nordiques ? Fébrilement, il attrapa un stylo et une feuille et recopia tout ce qu'il put tandis que la brume disparaissait. Enfin, il prit une heure pour tenter de le déchiffrer – par chance, le message semblait écrit en anglais. Il parvint à obtenir ceci : "[…] ler pour le retour de Fenrir et sa venge […] ciens adorateurs avaient l'oreille du […] rgue a la voix des valkyries […] elles protegent don ent […]". Terrifié, Kyle comprit qu'il n'avait plus le choix. Il prit le métro pour se rendre directement dans le quartier de TriBeCa, à l'adresse des fameux chasseurs de fantômes. "Osez parler, nous sommes prêts à vous croire !" disait la publicité. "Nous verrons bien", pensa Kyle.

Une fois sur place, il rencontra la secrétaire qui le fit monter à l'étage où il rencontra Egon Spengler et Raymond Stanz. Le premier le scanna avec l'un de ses gadget et confirma qu'il y avait eu contact. Alors le second accepta d'écouter son histoire dans le détail. Bien entendu, Kyle lui raconta tout. Lorsqu'il évoqua le texte runique, Ray voulut y jeter un œil. En corrigeant certaines erreurs et en complétant les mots de la façon la plus évidente, ils obtinrent le message suivant : "[…] ler pour le retour de Fenrir et sa vengeance […] ciens adorateurs avaient l'oreille musicale. L'orgue à la voix des valkyries […] elles protègent mon entrée".
Le retour de Fenrir alerta le dr Stanz sur l'urgence de la situation. Le fameux loup du Ragnarok était en train de comploter pour revenir, et il avait choisi New York ! Le réveil presque réussi de Zuul avait-il fonctionné comme un signal pour que de nombreuses autres entités essaient à leur tour de revenir chez les vivants ? Ray accepta de s'occuper de l'affaire, mais ils ne pourraient pas le voir avant 3 jours. En attendant, il lui conseilla d'éviter de retourner à la chapelle.

Une fois l'entretien terminé, Kyla se rendit à la bibliothèque, où il se fit enguirlander par l'administrateur pour son retard. Mais il lui expliqua l'affaire des livres (en évitant les détails trop perturbants).
Dans les archives, il tenta de retrouver son calme en se concentrant sur les fiches, mais à nouveau, il fut perturbé par une présence. Y avait-il là une odeur animale qui flottait ? Pourquoi faisait-il si froid ? Il pesta trop fort et fut interrompu par un "chhhht". Encore une fois. Alors il commença à errer dans les rayons à la recherche de l’importun… jusqu'à ce qu'il tombe sur une vieille femme vaporeuse flottant à 50 cm au-dessus du sol ! Celle-ci s'approchait de lui, manifestement en colère, et lorsqu'il arriva à son niveau, elle se changea soudain en horrible revenant au visage de mort-vivant. Son hurlement spectral pénétra Kyle jusqu'au plus profond de son âme, au point qu'il poussa un cri de terreur et s'enfuit à travers la bibliothèque, ne s'arrêtant qu'une fois dehors.

Il reprit son souffle sur un banc, et sur la surprise de voir une femme lui déposer une pièce. Interloqué, il voulut protester – mais enfin, il n'était pas un SDF voyons ! Mais cela lui fit comprendre qu'il avait l'air si misérable qu'il avait probablement besoin de repos.
De retour dans la bibliothèque, il tenta d'expliquer à l'administrateur ce qui se passait, mais il était si fébrile et inconsistant que ce dernier lui demanda de prendre quelque repos – de toute évidence, il en avait vraiment besoin.

Le jeune homme était de retour chez lui dans l'après-midi. Il s'effondra sur son lit et s'endormit rapidement. Et cette fois, il ne fit aucun rêve.

Il se réveilla au matin du vendredi 20 décembre. Il était environ 03h00. Cette fois, il se décida à prendre le taureau par les cornes. Après une bonne douche, il quitta l'appartement et arriva à Saint-Paul vers 04h30. La nuit était évidemment toujours noire. Et bien que New York fut la "ville-qui-ne-dort-jamais", il y avait bel et bien une baisse d'activité dans cette tranche horaire.

La grille autour de la chapelle était fermée, mais il l'escalada. Et dans l'édifice, il constata une présence. En effet, quelqu'un y jouait de l'orgue, bien que cela ne ressemblait pas à une musique religieuse. Sur le balcon, en hauteur, quelques bougies éclairaient l'imposant instrument de musique. Kyle monta les marches et s'approcha, et constata avec surprise que c'était le vieux docteur Barrow ! Mais curieusement, il ne semblait plus aussi âgé.
Celui-ci alors s'arrêta de jouer et se tourna vers le jeune Kyle, lui intimant l'ordre d'approcher. Méfiant, et le cœur battant à tout rompre, il obéit. Pendant un instant, Kyle eut l'impression que l'orgue et le vieillard se trouvaient dans une bulle de lumière, et que le reste du monde, autour d'eux, n'existaient plus, comme s'il avait été englouti dans une obscurité impénétrable, presque palpable. Et alors qu'il s'apprêtait à parler, il réalisa qu'il était paralysé ! Regardant autour de lui, il constata que des pattes de loup énormes lui maintenaient les épaules ! Et au-dessus, une gueule béante, les crocs luisants, qui fondit sur lui brusquement !

Et ce fut l'obscurité.

Lorsque Kyle reprit conscience, il était chez lui, dans son petit appartement de banlieue. Il était épuisé, courbaturé de la tête aux pieds, et pire encore, recouvert de terre séchée et de poussière ! Mais qu'est-ce qui avait bien pu se passer ? Lorsque la vieille Mary Johnson vint frapper à sa porte pour qu'il arrête ses "incessants allers-retours nocturnes", il en profita pour lui demander la date et l'heure ; il apprit qu'il était 6h00 du matin, le dimanche 23 décembre !

Dimanche ?? Mais qu'avait-il fait depuis vendredi ? Terrifié par ce qui lui arrivait, il se précipita chez les Ghostbusters où il les tira du lit vers 07h00 du matin. Ray et Egon le reçurent, à moitié endormis. Ray s'emporta presque lorsqu'il apprit que Kyle était retourné au cimetière malgré ses conseils. Mais cette fois, ils acceptèrent de venir avec lui pour visiter les lieux – après tout, ils avaient prévu de venir le voir ce jour même.

Après un voyage à bord d'Ecto-1, ils arrivèrent sur place un peu avant 08h00 et commencèrent à visiter la chapelle, packs de proton sur le dos. À l'intérieur, ils ne virent personne, mais tous remarquèrent que l'autel avait été déplacé. En-dessous, un tunnel avait été creusé, manifestement à la main, jusqu'à une caverne. Or, ces lieux ne dataient pas d'hier. Ils semblaient même remonter à une ère lointaine, bien avant l'arrivée de Christophe Colomb en Amérique ! Tout cela ressemblait à un très ancien temple dédié à des divinités nordiques. Les vikings auraient-ils découvert ce continent bien plus tôt ?
Quoi qu'il en soit, le dr Barrow manigançait quelque chose. Mais quoi ?

Vers 08h30, Ray, Egon et Kyle se rendirent chez ce dernier. Le jeune bibliothécaire crocheta la porte d'en-bas pour entrer sans se manifester, avec succès, mais lorsqu'il retenta l'expérience au 4e étage, la porte s'ouvrit sur le jeune James – il se passa alors quelque chose d'étrange. Lorsque leurs regards se croisèrent, James et Kyle se "reconnurent". Et ils comprirent. Tous deux étaient "frères" depuis la nuit des temps. Hatti et Sköll, ils étaient les fils de Fenrir ! Alors James poussa un rugissement et s'apprêta à attaquer les intrus tandis qu'une colère et une rage montèrent dans le corps de Kyle. Celui-ci parvint à repousser cette intrusion, tandis que Ray et Egon allumèrent leurs fusils à proton. Le combat contre James/Hatti fut bref, et l'esprit du loup fut aspiré dans un piège à fantômes. Mais lorsqu'ils se tournèrent vers Kyle, celui-ci commençait à succomber à l'esprit de Sköll qui le possédait. Par change, ils eurent les réflexes nécessaires, et le second loup finit dans un piège à son tour.

O

À partir de ce moment-là, Ray et Egon prirent l'affaire en main et s'attaquèrent directement à Fenrir (qui possédait évidemment le dr Barrow) mais sans la présence de Kyle cette fois – c'était bien trop dangereux pour laisser un civil au milieu de tout cela.
Durant les jours qui suivirent, le jeune homme retrouva peu à peu une vie normale, aidé en cela par la présence des fêtes de fin d'année. Les cauchemars avaient cessé, et la routine était revenue à la bibliothèque (même si des rumeurs d'un fantôme dans les archives persistaient).

Mais peu à peu, ces affaires firent miroiter dans l'esprit de Kyle de nouvelles perspectives. Et s'il s'intéressait à ces manifestations spectrales d'un peu plus près ? Il pouvait toujours continuer à travailler à la bibliothèque en semaine, mais pourquoi ne proposerait-il pas ses services aux Ghost­busters le week-end ?

Peu à peu, Kyle commençait à revoir ses perspectives d'avenir dans une direction qu'il n'aurait jamais imaginée…
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

Ghostbusters JDR Empty
MessageSujet: Re: Ghostbusters JDR   Ghostbusters JDR EmptyDim 26 Nov 2023 - 12:41

Histoire de jouets
Scénario écrit et maîtrisé par Charlène • 25/11/23
Kyle Bradstone • New York, janvier 1985


Suite aux terribles évènements qui avaient secoué New York en novembre 1984, les fêtes de fin d'années étaient passées, et avaient quelque peu égayé les cœurs – mais ce fut évidemment insuffisant pour faire oublier l'apparition de phénomènes inexplicables, comme le gigantesque Bibendum Chamallow que toutes les caméras de la ville avaient captées ce jour-là. Et en vérité, les chasseurs de fantôme de la fameuse agence privée n'étaient pas au chômage, car d'autres apparitions requerraient leur présence ici et là dans la ville !

L'activité n'ayant pas diminué à la suite de la chute de Gozer, il fut évident que les 4 membres réguliers de l'agence S.O.S. Fantômes n'étaient pas suffisants, aussi acceptèrent-ils l'aide de quelques stagiaires qui officieraient – certes gratuitement et sur leurs temps de repos – pour les aider sur des missions diverses et variées. C'est ainsi que depuis quelques semaines, Kyle Bradstone, qui avait été victime d'une possession un mois plus tôt, venaient leur prêter main forte les week-ends. Bien qu'en vérité, c'était là de tristes interventions, car il aidait Winston à entretenir Ecto-1 et Jeanine à classer les dossiers. En vérité, sa formation de bibliothécaire le rendait plus utile auprès de la secrétaire.

Et puis vint un jour où Kyle eut enfin l'occasion de se rendre utile ailleurs que dans la caserne, lorsque Ray Stanz dut répondre à un appel, alors même qu'il était seul dans l'établissement. Sans hésitation, il prit avec lui "le bleu" pour lui faire une première formation directement sur le terrain. C'était le samedi 19 janvier, et la neige était assez peu présente.

À bord d'Ecto-1, ils se rendirent dans le quartier de l'Upper East Side, un lieu plutôt huppé que Kyle n'avait jusqu'alors que peu eu l'occasion de traverser, et s'arrêtèrent devant la Lillie Devereux Blake School, un haut bâtiment de plusieurs étages. Arborant tous deux un uniforme de Ghosbusters, Ray et Kyle entrèrent dans le bâtiment, où ils furent reçus par une dame en tailleur, assez coincée au premier abord, Jane Carter. À l'abri d'un bureau isolé, elle leur parla d'évènements qui survenaient depuis quelques mois – depuis septembre dernier plus exactement – autour de quelques jouets. Elle n'avait pu s'empêcher de remarquer que parfois, des jouets pourtant rangés, se "dérangeaient" tout seuls durant la nuit ou le week-end, à des moments où personne ne pouvait accéder aux salles de jeux. La conversation se poursuivit en banalités d'usage, jusqu'à ce que Mme Carter les mène dans la fameuse salle de jeu où Kyle brancha son détecteur PKE pour scanner les lieux. Le petit appareil s'éveilla et ses lumière s'allumèrent, clignotant lentement pour commencer. Mais tandis qu'il évoluait dans les rayons de livres, l'appareil réagissait de façon assez erratique. En précisant ses recherches, Kyle finit par repérer une activité PKE anormalement élevée autour d'une peluche de lapin. Puis d'une poupée Stacy. Il poussa encore ses recherches et cibla encore un jeu de société, et un livre pour enfant abordant le sujet délicat de la mort d'un proche. En réunissant tout cela sur une petite table, il demanda à Mme Carter si elle ne voyait pas un enfant en particulier jouer avec tout cela régulièrement. Mais la responsable côtoyait trop d'enfants de tous âges pour vraiment être en mesure de répondre à cette question. En outre, ils étaient une bonne trentaine à fréquenter cette salle – elle leur donna la liste, mais rien n'en ressortit de particulier.
En poursuivant sa réflexion, le jeune homme demanda s'il n'y avait pas eu un enfant décédé dernièrement, mais Mme Carter lui confirma que rien de tel n'était arrivé. Alors Kyle finit par se demander si un enfant n'était pas fréquenté par des fantômes… et là, la responsable lui répondit qu'il y avait bien eu évidemment quelques enfants qui avaient perdu des proches.  La liste fut dès lors réduite à 6 individus, que les deux chasseurs de fantômes demandèrent à étudier de près, dossiers individuels à l'appui :
Le petit Evan Peters, 9 ans, avait perdu ses deux parents l'an dernier.
La petite Makayla Webster, 7 ans, avait perdu son père 3 ans plus tôt.
La blonde Lisa Johnson, 8 ans, avait perdu son père à sa naissance.
Lisa M. Sanders, 6 ans, avait perdu sa mère à l'âge de 2 ans.
Ainsi que la petite Eleanor Patel, 10 ans.
En étudiant les dates, il fut aisé de retirer quelques candidats – si les évènements n'étaient apparus que quelques mois plus tôt, il fut aisé de rayer de la liste tous ceux dont les décès étaient survenus quelques années auparavant.

Néanmoins, alors qu'il parcourait les noms des familles et les dates, Kyle tomba sur un nom qu'il connaissant personnellement : la maman de Lisa Johnson s'appelait Emily Johnson.

Emily...

Johnson…

Ce nom rappela au jeune homme une adolescente qu'il avait connue à l'école quelques années plus tôt, une jeune femme assez énergique qui n'acceptait jamais qu'on lui dise non. Bien que tous deux aient fréquenté les mêmes classes des années durant, ils n'étaient jamais devenus réellement proches, jusqu'au jour où, au printemps 1975, après un cours sur l'éducation sexuelle, ladite Emily l'avait choisi pour sa première fois – n'ayant pas d'atomes crochus l'un envers l'autre, ils ne risquaient rien à essayer. Bien entendu, n'acceptant pas son refus, elle l'avait poussé jusqu'à ce qu'il finisse par accepter. C'était leur première fois à tous les deux, ils avaient alors 16 ans.

Et c'était arrivé en juin 1975, soit 9 mois avant la naissance de Lisa Johnson, qui était de mars 1976.

Mortifié face à cette découverte, Kyle se figea. Lorsque Ray vit son stagiaire pâlir, il lui demanda ce qu'il avait vu, et la réponse le fit littéralement éclater de rire ! Bien sûr, ce fut la porte à de nombreuses moqueries de sa part, et le jeune homme eut bien du mal à se refocaliser sur la mission une fois cette nouvelle information. Bien que Ray lui évoque la possibilité qu'il s'agisse d'une autre Emily Johnson, les dates ne permettaient pas le doute, c'était bien la même.

Ils décidèrent de revenir sur l'enquête, autant que possible du moins. Se rendant auprès de la classe de musique, qui avait cours actuellement dans une salle du même étage, ils trouvèrent rapidement un enfant qui affolait le détecteur PKE, c'était Evan Peters, un gamin qu'apparemment rien ne distinguait des autres. Un rapide échange leur permit de réaliser que l'enfant ne savait pas de quoi ils parlaient. Si fantômes il y avait, il n'en avait pas conscience.

Après cette entrevue, Kyle opta pour la solution de quitter les lieux au plus vite, mais Ray lui proposa d'attendre l'heure des mamans, histoire d'être sûr.

Et ça ne manqua pas, car à peu près un quart d'heure plus tard, lorsque quelques parents arrivèrent pour récupérer leurs enfants, ça ne manqua pas : Kyle reconnut Emily, son ancienne camarade de classe, celle-là même avec qui il avait fauté la première fois. Sans attendre, il vint se planter devant elle, le regard écarquillé, à la fois par la surprise et par la colère.
Emily était très belle : au milieu de la vingtaine, elle portait un tailleur très sérieux qui lui donnait l'aspect d'une working girl à succès, sans compter sa coupe de cheveux tirée à quatre épingles qui avait tendance à la vieillir de quelques années – bien entendu, elle était beaucoup plus élégante que Kyle qui arborait l'uniforme les chasseurs de fantômes.
Passée la surprise, il ne put s'empêcher de lui demander des comptes. Elle avait menti à son enfant, prétendant que son père était mort à sa naissance. Le pire dans l'histoire est qu'elle ne tenta même pas de nier, Lisa était bien la fille de Kyle. Emily se contenta de lui dire que ce mensonge était plus simple que d'avouer une faute de jeunesse. Elle ajouta qu'une fois sa grossesse découverte, à l'automne 1975, elle fut envoyée par ses parents dans une ferme des environs de Chicago.

Une fois cet échange terminé, Ray et Kyle rentrèrent à la caserne, ce dernier restant prostré par les dernières nouvelles. Il lui fut bien difficile de reprendre le cours de l'enquête.

Un rendez-vous avait été pris quelques jours plus tard, le 24. Egon lui avait fait un mot pour qu'il puisse venir un jour normalement travaillé. Bien entendu, il eut bien du mal à dormir dans l'intevalle, de même que son travail s'en ressentit.

Lorsque le jour arriva, Ray et Kyle retournèrent à l'école dans la matinée. Comme il avait été convenu, tous deux se postèrent dans la salle de jeu, où Ray donna au jeune stagiaire son pack de protons pour sa première mission officielle.
Evan Peters leur fut envoyé. Et très vite, les instruments s'affolèrent. À l'aide d'un Ecto-viseur, Ray aperçut deux silhouettes autour de l'enfant : à l'évidence, ses parents. Lorsque Kyle leva son fusil à protons vers l'une des silhouettes, les petits cubes s'animèrent pour former le mot :

NO
Dès lors, Kyle tenta de communiquer avec, et la poupée Stacy émit d'une petite voix grésillante : "I want to play". Puis les cubes s'animèrent à nouveau :

HELP HIM

Puis :

I HELP HIM

STUPID

Enfin, Kyle comprit : les parents continuaient à aider l'enfant par-delà la mort, car il n'était pas assez intelligent pour cette école… Pendant un instant, Kyle se demanda si ces fantômes devaient réellement être capturés. Après tout, ils aidaient leur enfant, non ?
Lorsque l'un des parents investit le corps de son enfant pour le posséder, celui-ci se tourna vers Ray et Kyle pour les menacer. Et il devint évident que l'affaire était plus grave que prévu, car les notes qu'obtenait le petit Evan durant les examens n'étaient pas de son fait : ses parents le possédaient régulièrement, lui-même n'était pas libre !
Alors, sur l'impulsion de Ray, Kyle activa le fusil à protons et tenta d'attraper l'un des fantômes. Le combat fut rude, et le jeune homme fut englué à plusieurs reprises, sans compter que le petit Evan lui lançait des petits cubes en pleine tête ! Mais finalement, le spectre finit par être capturé, et Ray l'enferma dans un piège à fantômes.
Mais comment capturer le second, alors même que celui-ci était dans le corps de l'enfant ? Kyle trouva la réponse très vite. Il se débarrassa du pack et se jeta sur l'enfant pour l'attraper par les bras, avant de crier à Ray de lancer un second piège entre leurs jambes : il s'exécuta, et le fantôme fut littéralement aspiré du corps de l'enfant.

Lorsque celui-ci reprit conscience, il n'avait aucun souvenir de ce qui venait de se passer. Kyle le remercia et lui demanda d'aller se faire examiner à l'infirmerie.
O

En ramenant les deux pièges fumants vers Ecto-1, pendant que Ray présentait la facture à Mme Carter, Kyle traversa la cour, attirant tous les enfants en récréation. Il leur parla un peu de son activité et des fantômes. Sans surprise, la petite Lisa était là aussi, et il lui raconta qu'il connaissait sa mère. Ils échangèrent quelques mots, jusqu'à ce que Ray ne le rejoigne. En partant, ils acceptèrent d'allumer la sirène pour la plus grande joie des enfants…


Dernière édition par Chrysalid le Dim 31 Déc 2023 - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

Ghostbusters JDR Empty
MessageSujet: Re: Ghostbusters JDR   Ghostbusters JDR EmptyDim 3 Déc 2023 - 11:24

L'accident de Central Park : Kate Perkins
Scénario écrit et maîtrisé par Charlène • 02/12/23
Kyle Bradstone • New York, samedi 9 février 1985


C'était le samedi 9 février 1985, soit deux semaines après sa dernière intervention chez les chasseurs de fantômes. C'était un jour de froid glacial, et Kyle était de retour dans leur agence. Comme souvent le samedi, il aidait Janine à trier des fichiers et ranger des documents – bien que n'était pas un grand fan de la paperasse, il avait apparemment un don pour le classement. Dans le fond de l'atelier du rez-de-chaussée, la radio du Pr Venkman crachait des information sur l'actualité du monde, évoquant diverses informations, dont le 2e mandat du président Reagan – bien qu'il écoutât d'une oreille, Kyle ne nourissait pas une grande passion pour les news. En revanche, ses collègues continuaient de le bâcher sur sa fille-surprise qu'il avait découverte lors de sa dernière mission, Venkman le premier.
Mais dans le courant de la matinée, Egon Spengler vint voir le jeune homme pour lui proposer de faire un tour à Central Park pour essayer de mettre la main sur diverses espèces de champignons – la journée était calme, ils pouvaient donc s'adonner à quelque promenade innocente. C'est ainsi que le jeune stagiaire et le scientifique quittèrent la caserne avec Ecto-1 pour se rendre dans la vaste forêt de Manhattan, où ils commencèrent à déambuler en uniformes.

Durant la première demi-heure, il ne se passa rien de particulier, jusqu'à ce que soudain, Kyle fut témoin d'un accident de calèche ! Très vite, il se précipita sur les lieux de l'accident et aida le cocher à se relever. Il lui demanda s'il y avait des passagers, ce dernier lui répondit qu'il y avait une jeune femme – très vite, Kyle entendit une petite voix étouffée provenir de tout l'attelage. Il réunit alors toute sa force pour soulever les débris et libérer une fille, au demeurant très jolie, qui se tenait la main en grimaçant. Le cheval quant à lui, s'était relevé de lui-même, indemne.
Un premier examen de fortune permit à Kyle de déterminer que le cocher, Taylor Collins, la soixantaine, avait le bras cassé, tandis que Kate Perkins, la vingtaine, n'avait qu'une inoffensive foulure du poignet.
Serviable, Kyle prit le cheval Marshmallow par la bride, puis il accompagna Taylor et Kate jusqu'au sud de Central Park. Il discuta longuement de l'évènement avec Taylor, préférant ignorer Kate car il la trouvait très attirante. Enfin, il les abandonna aux bureaux de Central Park Carriage Tours après avoir signalé l'accident au secrétaire Cole Williams, puis les quitta en leur souhaitant bonne chance.
En vérité, durant son trajet de retour, il ne cessa de gamberger à ce que Taylor lui avait raconté pendant leur petite promenade : depuis un mois, son cheval avait déjà eu le même accident à trois reprises ! Et toujours au même endroit ! Sa curiosité l'emportant, Kyle se rendit à Ecto-1 où il récupéra un compteur PKE pour aller scanner la zone de l'accident. Évidemment, n'ayant pas encore une grande pratique de ce genre d'appareil, il eut un peu de mal à obtenir des résultats vraiment effectifs. Mais en élargissant sa zone de recherche, il finit par repérer un secteur, plus près des arbres, où les lumières du détecteur s'illuminèrent comme un arbre de Noël ! Aussitôt, il alla demander conseil à Egon qui fouillait les sous-bois à quelque distance de là. Sans surprise, ce dernier n'avait remarqué ni l'accident ni l'absence de Kyle, trop absorbé qu'il était par sa recherche de champignons.
Lorsque Kyle lui parla de cet accident récurrent et de ses soupçons d'un évènement potentiellement notable, Egon accepta de venir jeter un œil dans la zone marquée par le détecteur PKE. À l'aide des ecto-lunettes, il repéra quelque chose. Figé, le scientifique murmura : "Oooh toi tu es magnifique"… Puis, il affirma devoir en référer à Ray, et tous de retourner vers la voiture.

Une fois arrivés à la caserne, tous deux montèrent à l'étage où ils racontèrent toute l'affaire à Ray Stanz. Très intéressé, celui-ci se précipita sur de vieux livres qu'il commença à compulser frénétiquement. Puis, il laissa fièrement tomber un lourd volume sur une table en désignant une gravure.
C'est effectivement la chose qu'Egon avait perçue à Central Park. Ray leur raconta que cette entité, nommée Furfur, était présente dans de nombreux ouvrages de littératures démoniaques, le Lemegeton, le Pseudomonarchia Daemonum et de nombreux autres du genre, dans lesquels il avait un rang dans la hiérarchie démoniaque. Il était aussi précisé qu'il était à la tête de 26 légions infernales.
Bien entendu, ces découvertes effrayèrent Kyle qui leur témoigna de sa peur d'affronter ce qu'il qualifia de "démon majeur". Ils lui proposèrent de mener l'enquête. Après tout, "le bleu" était bien là pour apprendre, non ? De fait, il proposa de retourner aux bureaux de Central Park Carriage Tours pour y poser des questions, accompagné cette fois par Egon et Ray.
Sur place, ils interrogèrent Cole Williams qui leur donna les noms et téléphones des clients qui avaient été accidentés sur la calèche de Taylor – Kate Perkins le 9 février, le couple Georges Parket & Mia Brown le 2 février, et Bradley Martin le 18 janvier. Supposant qu'il était possible de trouver des informations en enquêtant auprès des accidentés, Kyla prit le téléphone. Pour commencer, Kate ne répondit pas. Ensuite, il parvint à joindre Bradley Martin qui accepta de les recevoir dans l'après-midi – après tout, vivant dans le Queens, il ne serait pas accessible à moins de 2 heures de route.
Avant de partir, ils firent quelques relevés sur les lieux de l'accident, et Egon parvint à récupérer un échantillon de matière.

Dans l'après-midi, ils arrivèrent chez Bradley, mais celui-ci ne put rien leur apprendre de nouveau. À son contact, le détecteur PKE ne réagit pas. Comprenant qu'ils ne pourraient rien apprendre de plus, ils quittèrent les lieux et retournèrent à la caserne qu'ils atteignirent le soir.
Lorsqu'arriva le moment d'analyser l'échantillon de matière, Egon laissa Kyle procéder, le dirigeant de loin. Il s'agissait manifestement d'un résidut du sabot de Marshmallow, qui avait été en contact avec "quelque chose". Egon avoua ne pas connaître ce qu'il qualifia de matière organique d'une nature étrange qui faisait réagir les instruments. D'après lui il s'agissait de la trace d'une entité venue d'un autre plan.

Alors qu'une conversation des plus sérieuses commença entre les scientifiques, Janine apparut en haut de l'escalier pour annoncer que Kyle avait de la visite. Intrigué, le jeune homme descendit et se figea sur place : la jolie Kate Perkins l'attendait eu bas.
Un peu inquiet, il vint la voir et lui demanda si tout allait bien. Mais elle lui répondit qu'elle n'avait aucun problème, et voulait simplement le revoir. Intrigué par cette marque d'intérêt, il accepta de quitter la caserne avec elle – après tout, il était presque 20h00 !

Tandis qu'il s'éloignait avec elle, Venkman lui fit signe d'approcher. "Pense à te protéger, le bleu. Y a tout ce qu'il faut dans ce tiroir, là". Mais Kyle, qui n'était pas parti avec l'idée de "conclure" quoi que ce soit, lui lança un regard chargé de reproche, puis il quitta la caserne avec Kate après avoir retiré son uniforme de chasseur de fantôme.

Les deux jeunes se rendirent dans un café du secteur où ils discutèrent de tout et de rien pendant un moment, mangeant un petit repas et burant un café chaud. Mais au moment du dessert, les doigts de Kate se hasardèrent à caresser la main du jeune homme. Intrigué, presque interdit, il laissa faire et tenta de poursuivre la conversation comme si de rien n'était. Mais c'était peine perdue, et plus il parlait, plus sa voix tremblait. Jusqu'à ce que Kate lui propose de l'accompagner chez elle…


Dernière édition par Chrysalid le Dim 31 Déc 2023 - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

Ghostbusters JDR Empty
MessageSujet: Re: Ghostbusters JDR   Ghostbusters JDR EmptyDim 31 Déc 2023 - 16:21

L'accident de Central Park : Karen Stone
Scénario écrit et maîtrisé par Charlène • 30/12/23
Kyle Bradstone • New York, dimanche 10 février 1985


Au petit matin, Kyle se réveilla aux côtés de la jeune Kate Perkins, avec qui il avait passé une folle nuit d'amour. Elle s'éveilla à son tour, et tous deux prirent un petit déjeuner au sein d'un ambiance cotonneuse digne d'un dimanche matin. Ils échangèrent quelques mots – il lui raconta quelques détails sur l'enquête en cours, tandis qu'elle lui proposa de revenir quand bon lui semblait.
Lorsqu'il quitta l'appartement de la jeune fille, il se demanda, interloqué : "Ca veut dire que j'ai une copine maintenant ?".

De retour à la caserne aux alentours de 10h00, Kyle y trouva Egon, Winsont et Peter – le scientifique donna à ses comparses le résultat des analyses de la fameuse matière trouvée sur les lieux de l'accident de la veille : il s'agissait d'un composé de protéine, de lipides, de cendres, d'eau et d'acide alpha-linolénique. Devant les regards interdits de ses interlocuteurs, Egon cru bon d'ajouter :
C'est du fromage.
Puis il ajouta qu'il avait aussi un élément inconnue qu'il n'arrivait pas à analyser.
Parmi les réflexions et théories qu'ils échangèrent, Kyle qui proposa l'idée d'un "fromage fantôme", bien que cela paraissait totalement absurde. En effet, une matière inerte ne pouvait décemment pas générer d'esprit désincarné. Cette simple idée était un pur non-sens ! Et pourtant, elle sembla retenir l'attention du scientifique. Lorsque le jeune homme fit un parallèle avec le film de 1978 L'Attaque des tomates tueuses, Egon le contredit aussitôt – l'idée de tomates revenantes était encore plus absurde que celle du fromage fantôme… Et puis il se passa quelque chose ; au moment où Kyle s'approcha d'Egon, en pleine observation d'un germe de fromage sous microscope, le scientifique écarquilla les yeux de surprise. Il demanda alors au jeune homme de s'éloigner, puis de s'approcher, puis de s'éloigner, puis de s'approcher de nouveau…
Ça me rappelle la fille d'hier soir… murmura ce dernier.
La matière réagit à ta présence, ajouta Egon. Elle se tend vers toi !
Ah, ça, ça ne me rappelle pas la fille d'hier soir…
Quoi qu'il en soit, pour une raison encore inconnue, la matière inerte trouvée sur les lieux de l'accident semblait réagir à la présence de Kyle. Décidément, le mystère s'épaississait.
En tout état de cause, le jeune homme décida de retourner à Central Park en espérant y trouver de nouvelles réponses. Peter l'y conduisit à l'aide d'Ecto-1, et tandis que ce dernier commençait à draguer les minettes ici et là, Kyle sortit ses instruments pour scanner la zone. À l'aide du compteur PKE, il repéra le fameux Furfur, sorte de gros cerf ailé doté de bras et de mains en lieu et places de ses jambes antérieures. Et lorsqu'il chaussa ses ecto-lunettes, le jeune homme aperçut un visage terrifiant qui l'observait avec insistance. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Et soudain, le démon s'enfuit. Et avant même que Kyle puisse envisager de partir à sa suite, il fut violemment percuté et tomba à la renverse, à plat-dos, alors qu'un vélo s'écrasa tout près de sa tête et qu'un poids vint le plaquer à terre ! Grimaçant de douleur, il réalisa alors qu'une jeune fille venait de lui tomber dessus – elle était littéralement allongée sur lui ! Il n'eut pas le temps de protester car lorsqu'ils échangèrent un regard, il fut saisi par sa beauté. Elle avait de grands yeux clairs et un visage fin aux traits délicats encadré par une épaisse chevelure à la dernière mode, dont les mèches caressaient le visage du jeune homme. Cette vision, en plus de la sensation des seins écrasés contre sa poitrine, le cloua littéralement sur place, au point même de lui provoquer une érection presqu'immédiate ! Le pire, c'est que la jeune inconnue le remarqua :
Eh bien, c'est plutôt rapide, non ? demanda-t-elle avant de se relever.
Kyle se serait presque attendu à recevoir une gifle accompagnée d'une volée d'insultes, mais rien de cela n'arriva ; tous deux se présentèrent, un peu gênés – elle s'appelait Karen Stone. Kyle s'excusa mille fois, puis il tenta de garder son sang-froid, et passa la jeune fille et son vélo au compteur PKE. Après tout, encore un accident au même endroit, ça commençait vraiment à devenir suspect. Lorsqu'il trouva une part de pizza dans la sacoche de la belle, cela lui rappela leur visite chez Bradley Martin la veille ; lui-même était en train de manger une pizza dans son carton d'origine.
D'où vient cette pizza ? demanda-t-il alors.
De chez Tony, pourquoi ?
Chez Tony, comme la pizza de Bradley… En outre, n'est-ce pas là que Kate et lui avaient été manger hier soir, après le service ? Peu à peu, les pièces semblaient s'imbriquer dans une direction qui, même si elle avait l'air toujours aussi absurde, commençait à se préciser.
Lorsque Peter vint le rejoindre, la jeune fille aux yeux clairs donna rendez-vous à Kyle pour 18h30 en lui inscrivant une adresse et un téléphone sur la main. Puis elle s'enfuit avec son vélo.
Le regard coquin que lui lança Peter laissa Kyle songeur : deux rendez-vous qui tombent du ciel, comme ça, sans prévenir ? Soit le hasard était vraiment avec lui en ce moment, soit un élément extérieur provoquait ça. En vérité, il devenait presque évident que le démon, d'une façon ou d'une autre, avait provoqué cette rencontre afin de détourner son attention.

De retour au QG aux alentours de midi, ils firent un compte-rendu de leur sortie à Egon, qui sembla comprendre des choses. Mais il appela Ray pour en appeler à son expertise occulte, et celui-ci ressortit l'un de ses livres. Il cita plusieurs caractéristiques connues de Furfur, parmi lesquelles son contrôle sur le climat… et son affinité avec l'amour. Cette dernière information fut une confirmation pour Kyle. Il comprit alors que cette attirance irrépressible qu'il avait ressentie pour Kate la veille, et pour Karen ce jour, n'était rien d'autre qu'un effet provoqué par un démon. Déçu, il demeura imperméable aux arguments de Peter qui l'enjoignait à profiter de la situation autant que possible ; après tout, ça ne faisait de mal à personne. Sauf qu'Egon revint sur la matière inconnue qu'il avait repérée dans le fromage : et s'il s'agissait d'un élément glissé là-dedans par Furfur lui-même ? S'agirait-il d'une "graine" démoniaque ? Une semence du démon ? Et il utiliserait le fromage comme vecteur car cette substance se métabolisait très bien avec le corps humain.
Egon et Ray arrivèrent alors à la conclusion que Furfur était en train de se constituer une armée en provoquant des coups de foudre en série – car qui dit coup de foudre dit relations sexuelles, donc naissances. Et s'il menait son plan à bien, il y aurait bientôt une vague de naissances de semi-démons qui, en quelques années, constitueraient une armée au service du fameux Conte des enfers.
Bien évidemment, le fait que Kyle ait eu une relation non-protégée la nuit dernière lui valut quelques regards noirs…

Afin de poursuivre l'enquête, Kyle pensa que des humains étaient impliqués, alors il proposa d'aller interroger le "Tony's" du quartier – en vain. Le responsable de la boutique, un certain Alfonso Lahey, refusa de les laisser visiter les cuisines. Par contre, devant les réactions du compteur PKE, qui s'agitait à n'en plus finir, il leur confia l'adresse de l'usine qui fournissait le fromage.

Il leur fallut bien une heure et demi pour atteindre ladite usine, située en périphérie de New York, avant de se faire rejeter par un gardien incrédule. Tout ce qu'il accepta de faire est de leur donner un numéro à contacter pour parler de cette histoire d'"intoxication alimentaire".
Un coup pour rien, ils revinrent au QG aux alentours de 17h00 et commencèrent à mettre au point un plan pour attraper Furfur – ou du moins le mettre hors d'état de nuire. Au cours de l'après-midi, Ray avait trouvé un point faible qu'il était possible d'exploiter : Furfur était paralysé par les formes triangulaires, sans compter que cette forme l'empêchait de mentir ! Aussitôt, ils s'emparèrent de rubans de chantiers et se rendirent tous à Central Park. Le démon était toujours là, provoquant des accidents et des rencontres en chaîne. Sans perdre de temps, les chasseurs de fantômes tirèrent les rubans autour de lui jusqu'à former un triangle – en un instant, il était enfermé ! Durant quelques minutes, Kyle eut un échange avec lui, qui lui confirma que leurs craintes étaient fondées – en outre, il leur apprit avec malice que l'usage d'un quelconque moyen de contraception n'empêchait en rien le passage de sa graine démoniaque !
C'en fut trop, les chasseurs dégainèrent leurs fusils à proton et tirèrent. Mais il devint rapidement évident que cette créature n'était pas un simple fantôme, c'était littéralement un comte des enfers ! De fait, l'usage d'un simple piège à fantôme ne suffirait pas contre lui. Par contre, s'ils trouvaient un moyen de détruire sa forme physique… C'est là que Kyle eut une idée : s'il influençait le fromage – et par conséquent toutes les formes de moisissures – au niveau biologique, cela ne signifierait-il pas qu'il serait lui-même constitué d'une telle matière ? Un tel raisonnement n'avait aucun sens, mais à ce stade, il serait prêt à croire n'importe quoi. Alors il laissa les scientifiques aux prises avec Furfur pour se précipiter dans la droguerie la plus proche, où il acheta tous les antifongiques liquides qu'il trouva ainsi qu'un pulvérisateur dorsal. 150 $, ouch ! Il ferait une note de frais.
De retour auprès de ses comparses, il les trouva bien mal en points. Le démon avait abîmé le trianble en plusieurs endroits, et les tirs de protons ne semblaient pas lui faire grand effet. En un instant, Kyle remplit le réservoir de son pulvérisateur d'antifongique, et arrosa copieusement le démon ! Et il n'aimait pas ça !
Le combat qui s'ensuivit fut des plus violents ! Le démon les couvrait de matière gluante (qui sentait le fromage, décidément) et leur lançait des branches au visage ! L'un après l'autre, les chasseurs de fantômes tombèrent, englués ou assommés. Mais finalement, les projections d'antifongique eurent raison de la forme physique de Furfur qui… fondit littéralement sous l'effet des substances chimiques !

Le démon était retourné dans ses enfers, l'affaire était terminée.

Hélas, si la plupart des Ghostbusters s'en étaient tirés sans dommages, Kyle avait prit une projection d'antifongique en plein visage, et ses yeux avaient été touchés.
De retour à la caserne, tous reçurent les soins appropriés. Quant à Kyle, il était devenu presque aveugle. Fort heureusement, cela était très temporaire, car il retrouverait toutes ses capacités d'ici deux semaines.

Quant à son rendez-vous avec Karen, eh bien il appela pour annuler. Il lui parla de ses blessures, et du fait qu'il ne serait absolument pas en état de la rejoindre, mais elle lui proposa de la rappeler une fois remis sur pieds. Il accepta bien sûr, mais… que valaient ces sentiments d'attirance s'ils avaient été provoqués par un démon ?
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

Ghostbusters JDR Empty
MessageSujet: Re: Ghostbusters JDR   Ghostbusters JDR EmptyDim 31 Mar 2024 - 12:33

Pesto : Une journée chargée
Scénario écrit par Kershaw Moore, traduit par Woody et maîtrisé par Chrysalid • 30/03/24
June Blackwell et Sam Yé • New York, samedi 2 mars 1985


Sam Yé était un jeune homme de 19 ans, chinois du côté de son père, qui essayait de se tailler une place dans ce monde. Son jeune âge et son métissage lui donnaient un certain charisme, mais en parallèle, il accusait ce même métissage d'être un frein à son évolution dans la société. Mais à 19 ans, tout était encore possible, et il ne se décourageait pas. Pour l'heure, il travaillait Chez Tony, réputé être l'un des meilleurs pizzaiolos de la ville, en tant que livreur de pizzas.
Mais le jeune homme devait admettre qu'il aimait particulièrement livrer des pizzas à la fameuse caserve au coin de North Moore et Varick, un endroit où il se passait toujours quelque chose d'étonnant. En outre, il avait repéré June depuis quelques semaines, une jeune et jolie stagiaire à la peau d'ébène et aux dreadlocks noirs et rouges ; et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle lui avait littéralement tapé dans l’œil. Aussi n'hésitait-il pas à trainer un peu dans la caserne pour discuter parfois avec elle. En outre, l'idée de leur laisser un CV pour postuler ne lui était pas désagréable.

L'occasion se présenta un samedi en fin de matinée, alors même qu'il se rendait Chez Tony pour entamer sa journée de travail. Mais avant tout, il s'arrêta à la Caserne pour discuter un peu avec la jolie June. L'endroit était presque désert – la fameuse voiture blanche était absente, de même que les quatre célèbres membres de l'agence. Il ne restait que la secrétaire, au fond du hangar, qui triait des papiers avec un Kyle, un autre stagiaire, tandis que June nettoyait le sol à l'emplacement d'Ecto-1. Sans cérémonie, Sam vint discuter avec June. Mais après avoir échangé quelques banalités, un coup de fil retentit au fond du hangar, et aussitôt, la secrétaire Janine appela June à la rescousse. Elle lui demanda de s'occuper d'une affaire urgente – les gars étant partis, elle n'avait qu'elle sous la main. Kyle tenta bien de proposer ses services, mais il n'avait pas encore totalement récupéré la vue suite à ses dernières mésaventures, et n'était donc pas en mesure de leur venir en aide. Alors Sam se proposa, à tout hasard. Après avoir réfléchi un instant, Janine accepta que le jeune métisse accompagne June, et très vite, voilà les deux jeunes sur la route d'une première mission.
Hélas, en l'absence d'Ecto-1, ils devaient trouver un autre moyen de transport : c'est là que Sam proposa une solution, il était capable de crocheter les serrures et de démarrer les voitures sans clés. Un peu gênée, June lui donna son feu vert. Très vite, Sam repéra un modèle facile à forcer et se mit au travail. Très vite, à ouvrit la porte, et  June put glisser le pack de protons dans le coffre. Ensuite, ils s'installèrent derrière le volant et il commença à bricoler les câblages. Mais au moment où il alluma le moteur, le propriétaire du véhicule se manifesta en tapant rageusement contre la vitre ! Sans attendre, Sam démarra et se perdit dans la circulation ! Sans le moindre doute, il irait prévenir la police dans l'instant, aussi les deux jeunes ne devaient-ils pas traîner dans les parages.

Un peu plus tard, ils arrivèrent dans le Lower East Side. Bien que les maisons se ressemblassent toutes dans la rue, des bâtiments de style Brownstone collés les uns aux autres, leur destination ne fit aucun doute, eu égard aux nombreux drapeaux qui pendaient sur la façade.  leur client était une fraternité du nom de Mu Alpha Delta, une société d'honneur nationale du travail social.
Ils trouvèrent une place et vinrent toquer à la porte, June en tête. Ils furent accueillis par Don Truman, un étudiant style boutonneux premier de la classe, qui leur fit signe d'entrer en silence. Murmurant, il insista pour qu'ils mettent des patins afin de ne pas salir le parquet ou les carrelages, puis il les mena au salon-bibliothèque où quelques étudiants lisaient des livres dans un silence religieux. C'est là que Philip Garland, le chef de la fraternité, vint leur parler – toujours murmurant. Il leur parla d'un couple d'esprits qui étaient apparus trois jours plus tôt, en plein milieu d'une fête. Lui était un ancien soldat qui abreuvait les étudiants avec des anecdotes sur la guerre tandis qu'elle était une rombière obsédée par le ménage à tel point qu'elle leur rendait la vie impossible à la moindre saleté ! Très vite, June et Sam mirent au point un stratagème pour les faire venir afin de les attraper. D'une voix forte, June commença à évoquer des anecdotes totalement erronées sur la 2e Guerre Mondiale, et aussitôt, un spectre apparut dans un fauteuil ! C'était un vieil homme en uniforme, le 2e classe Brian May, et il commença aussitôt à leur parler de la prise d'une petite île dans le Pacifique par les japonais en 1941. Elle tenta de lui parler, mais il revenait sans cesse à son anecdote ! Il l'abreuvait et la saoulait tant et tant qu'elle finit même par sombrer dans un sommeil inattendu ! Alors Sam lui donna un violent coup dans l'épaule pour qu'elle se réveille en sursaut ! Comprenant qu'ils n'arriveraient pas à communiquer avec lui, June dégaina un fusil à protons tandis que Sam fit rouler vers lui un piège à fantômes. Quelques tirs d'effluves vers le spectre furent suffisant pour le maîtriser, Sam ouvrit le piège, et le vieux soldat fut aspiré.
Lorsque le calme revint dans le salon, tous les étudiants avaient fui dans le couloir. Néanmoins de larges balafres noirâtres maculaient à présent les murs, des livres brûlés gisaient à terre et la moquette était carbonisée en maints endroits. Il n'en fallut pas plus pour faire apparaître Marita Gonzales, une vieille femme d'un autre temps qui commença à leur hurler dessus avec une telle force que les murs de la salle en tremblèrent. De la même façon que la première fois, June lui décocha quelques effluves de protons jusqu'à ce que Sam l'attrape avec le second piège.
Ils laissèrent leur petite note aux étudiants de l'association, puis retournèrent à la caserne à bord de leur voiture volée, que Sam prit bien soin de garer non-loin de l'endroit où il l'avait prise un peu plus tôt

Hélas, à peine revenus à la caserne, ils furent alpagués par Janine qui avait reçu un appel en urgence dans le quartier central ! Elle leur donna le nom d'une entreprise, Pintsoft, et une adresse, précisant que l'affaire était si importante que la police était déjà sur place – 5 spectres étaient signalés. Soit, June et Sam acceptèrent de s'y rendre sur le champ. Le jeune métisse parvint à négocier le port d'un uniforme – il se retrouva affublé du nom VENKMAN sur la poitrine – mais n'eut pas l'autorisation de porter un pack de protons.
Ils arrivèrent en début d'après-midi au pied d'un immeuble encerclé par la police, et chose étonnante, ceux-ci semblèrent même heureux de les voir ! On leur parla d'une explosion au 40e étage, et de nombreux équipements informatiques qui tombaient régulièrement des fenêtres. Et, comme pour confirmer ses dires, un lourd écran d'ordinateur tomba alors des hauteurs pour venir s'écraser sur le bitume en mille petits composants qui volèrent en tous sens. Évitant les projectiles, les deux stagiaires entrèrent dans le bâtiment et montèrent en ascenseur jusqu'au 40e, accédant à un vaste Open Space complètement ravagé. Le matériel informatique semblait complètement détruit. Les meubles gisaient à terre, certains brisés, et la plupart des fenêtres avait été détruites, donnant sur le vide vertigineux.
Mais très vite, la forme spectrale d'un ouvrier au casque orange apparut et commença à détruire violemment un clavier qui gisait là, encore intact. Aussitôt, June lui décocha une salve de protons, et un autre fantôme apparut ! Petit à petit, au gré de ses tirs, elle vit apparaître tous les fantômes, des ouvriers apparemment, qui commencèrent à l'encercler ! Le premier fantôme piégé, il fut alors nécessaire d'affronter les 4 restants, mais ils étaient trop nombreux pour être vaincus par un seul pack de protons. Très vite, June se retrouva à terre, couverte d'ectoplasme. Sam vint la récupérer, et tous deux de quitter l'étage.
Dans l'étage inférieur, ils rencontrèrent quelques employés qui guettaient le moindre bruit avec inquiétude. Ceux-ci leur apprirent que cela n'était jamais arrivé, et qu'aucune histoire d'ouvriers morts dans le chantier du bâtiment n'avait jamais été entendue par personne ici.
Aussitôt, June téléphona à Janine pour qu'elle leur fasse parvenir de toute urgence un second pack de protons. Cette fois, la secrétaire accepta. Une demi-heure plus tard, c'est un Kyle en uniforme avec un pack sur le dos et un second dans les mains qui arriva au pied du bâtiment, rejoignant June et Sam. Cette fois, ils étaient trois, et tous étaient armés (bien que Kyle n'ait, à ce stade, pas encore totalement récupéré une vue parfaite).
Ils montèrent dans l’ascenseur… mais celui-ci s'arrêta au 35e étage, suivi par d'inquiétants soubresauts. Très vite, ils réunirent leurs forces pour ouvrir les portes et s'échappèrent de ce piège mortel ! Lorsque tous les trois quittèrent la cage de métal, celle-ci tomba immédiatement dans le vide pour aller s'écraser lourdement dans les sous-sols !
Les trois agents montèrent lourdement les 5 étages restants à pieds et retournèrent dans l'open space de Pintsoft, où ils affrontèrent, bien plus efficacement cette fois, les 4 ouvriers fantômes.
Lorsque ceux-ci furent tous enfermés, les chasseurs de fantômes eurent la surprise de voir émerger 5 informaticiens d'une petite salle voisine, soulagés que le cauchemar ait pris fin. Ceux-ci leur apprirent que les 5 fantômes étaient apparus juste après le repas, et qu'ils avaient tout de suite commencé à s'en prendre au matériel informatique. Non, rien de tel n'était jamais arrivé jusque là.
Après leur avoir laissé leur petite note, les 3 chasseurs de fantômes tout englués les quittèrent pour retourner à la caserne… où Janine les accueillit avec une nouvelle urgence !
Mais bon sang, que se passait-il aujourd’hui ? Pourquoi les urgences s'enchaînaient-elles à un tel rythme ? Cette fois, ils s'accordèrent pour ne pas y aller immédiatement. Au vu de leur état, il était nécessaire de prendre une douche et de se changer.
Fort heureusement, c'est à cet instant que les potres s'ouvrirent et qu'Ecto-1 entra dans le hangar. Les 4 chasseurs Egon, Winston, Ray et Peter sortirent, épuisés, et montèrent à l'étage sans trop prêter attention aux jeunes. Seul ce dernier s'arrêta en voyant l'attroupement de jeunes, dont l'un d'eux portait l'une de ses propres tenues ! Lorsqu'il apprit que Sam avait réussi à mener une mission aux côtés de June et Kyle, il posa sur son épaule une main couverte d’ectoplasme et lui dit "OK, vous êtes engagé". Le jeune homme ne s'était jamais senti aussi fier !
Comprenant qu'il y avait une mission en cours, c'est Winston qui se proposa de les conduire, Kyle restant sur place cette fois.

La nouvelle mission les mena jusque dans le New Jersey, à une bonne heure de route de la caserne. Cette fois, c'était une maison riche avec terrain et piscine privée. Winston restant dans la voiture, June et Sam furent accueillis par Sandra, une rose anglaise typique, à l'accent so british et raide comme un piquet. Celle-ci leur apprit qu'une "manifestation" était apparue peu après le repas, et… comment dire… que celle-ci était pour le moins salissante. Elle les mena au salon, qu'ils trouvèrent entièrement couvert d'ectoplasme ! Un coup de détecteur PKE les dirigea vers la cuisine, qui n'était pas dans un meilleur état. En outre, une forme spectrale était en train de fouiller la pièce à quatre pattes… Pour attirer son attention, il lui fut jeté un cookie… et c'est alors que la bête se tourna vers eux ! Et cette bête n'était autre… qu'un p'tit chien ! La langue pendante et le regard malicieux, l'animal fantôme se dirigea vers eux et commença à leur lêchouiller le visage, et si Sam fut aussitôt saisi par la gentillesse de l'animal et ses grands yeux innocents, June n'eut, quant à elle, aucun scrupule à ouvrir un pièce à fantômes juste sous lui, le piégeant automatiquement par le fait.
Bien entendu, Sam conserva le piège, refusant de lâcher le petit animal dans l'unité de confinement…

Durant le voyage de retour, ils racontèrent leurs différentes missions de la journée à Winston qui fut en effet surpris par cet enchaînement. Il mit le doigt sur un étrange point commun reliant chaque affaire : dans les trois cas, il s'agissait de nouvelles manifestations qui n'étaient jamais arrivées avant, et qui semblaient même ne rien avoir à faire là. Un chien revenant dans une maison où aucun petit chien de ce genre n'était mort, 5 ouvriers revenant dans un immeuble qui n'avait pas connu d'accident, et ce couple de vieux, y avait-il une seule raison pour qu'ils apparaissent du jour au lendemain ?

La journée avait été chargée, et il faisait déjà nuit lorsqu'ils arrivèrent à la caserne…


Dernière édition par Chrysalid le Dim 14 Avr 2024 - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Chrysalid
ArchiMage Immortel
ArchiMage Immortel
Chrysalid


Masculin
Nombre de messages : 955
Age : 48
Localisation : Ailleurs entre nulle part et n'importe où...
Emploi : Infographiste PAO
Loisirs : Jeu de rôle & Fantasy
Date d'inscription : 22/04/2006

Ghostbusters JDR Empty
MessageSujet: Re: Ghostbusters JDR   Ghostbusters JDR EmptyDim 14 Avr 2024 - 11:28

Pesto : La colère de Papa Luca
Scénario écrit par Kershaw Moore, traduit par Woody et maîtrisé par Chrysalid • 13/04/24
June Blackwell et Sam Yé • New York, samedi 2 et dimanche 3 mars 1985


Durant la soirée qui suivit, après que Sam et June aient pris une douche à l'étage pour se débarrasser de tout cet ectoplasme dont ils étaient recouvert, ils se retrouvèrent avec Ray et Winston dans le petit salon du 2e étage, autour de pizzas qui leur avaient été commandées par Janine avant de quitter son service. Ce soir-là, Egon et Peter étaient absents. Chose curieuse, Sam avait catégoriquement refusé que l'on évacue le petit chien fantôme dans l'unité de confinement. S'étant pris d'une forte affection pour l'animal mort, il était resté farouchement accroché au piège, évoquant même l'idée de "l'adopter" – après tout, il y avait bien un fantôme verdâtre qui errait dans la caserne sans que personne ne lui courre après. Alors pourquoi pas un petit chien ?
Durant leurs échanges, les différents intervenants évoquèrent de nombreuses théories, toutes plus ou moins valables les unes que les autres. Hélas, rien ne semblait relier les différentes affaires, si ce n'est qu'elles ne semblaient n'avoir, justement, aucun lien.
Et puis leurs tergiversations furent alors interrompues par un bruit, quelque part dans l'étage. S'interrompant, ils cherchèrent ce qui avait pu le provoquer, mais le silence fut leur seule réponse… jusqu'à ce qu'un objet tombe de lui-même, un peu plus loin, répandant ses composants électroniques sur le sol. Aussitôt, les quatre casseurs de fantômes se levèrent et, sans même se concerter, agirent dans une parfaite coordination. Tandis que June descendit jusqu'au rez-de-chaussée pour récupérer deux packs de protons, Ray et Winston s'équipèrent de détecteurs PKE pour tenter de localiser la source de l'évènement. Sam, quant à lui, demeura sur place à chercher des yeux un éventuel spectre. Très vite, les détecteurs PKE signalèrent deux esprits en train d'errer dans l'étage, et s'amusant à jeter des objets en tous genres contre les murs ! Lorsque June revint avec deux équipements, une fois Sam paré, la jeune fille eut une idée : chaque lancer était systématiquement accompagné d'une exclamation… un peu à la façon d'un artiste en pleine représentation. Alors, elle poussa de grands cris d'admiration en applaudissant très fort ! Peu après, les silhouettes de deux acrobates fantomatiques apparurent devant elle, apparemment satisfaits de sa réaction. Et aussitôt, Sam et elle les attaquèrent ! En peu de temps, ils les capturèrent, permettant à Ray et Winston de leur envoyer des pièges.

Ces deux apparitions n'avaient rien à faire ici, dans leur caserne. Non, l'unité de confinement ne pouvait avoir eu des fuites, aussi la présence de ces deux acrobates n'avait-elle aucune raison d'être. Encore un mystère à résoudre !
Fort heureusement, durant le combat, Ray et Winston avaient pris le temps d'observer leurs deux envahisseurs : d'après leur costume, il s'agissait des Gambretti Brothers, des acrobates de cirque selon toute probabilité. Hélas, en fouillant dans leurs nombreux ouvrages d'occulte ou d'histoire, ils ne trouvèrent rien sous ce nom. Il ne restait qu'une solution : aller fouiller les archives à la bibliothèque, hélas fermée le dimanche.
Mais June évoqua le jeune Kyle, l'autre stagiaire de la bande, qui travaillait à la bibliothèque. Il avait certainement ses entrées. Aussitôt, elle trouva son numéro de téléphone dans le registre de Janine et l'appela. Kyle écouta bien toute l'affaire, mais fut surtout étonné qu'elle soit toujours à la caserne un samedi soir à 22h00 ! Mais il accepta de la retrouver le lendemain matin devant le bâtiment vers 10h00.
O

Dimanche 3 mars 1985, 10h00 du matin. June et Sam retrouvèrent Kyle devant la grande bibliothèque de New York. Le jeune employé avait évidemment ses entrées et leur permit d'accéder à l'intérieur par une porte de service dont il avait la clé.
Se promener dans cet énorme édifice désert, usuellement surpeuplé, était surréaliste. Ils descendirent dans les archives, d'où ils purent accéder aux microfilms. C'est là qu'ils trouvèrent enfin des informations sur les Gambretti Brothers, ou plutôt les Amazing Juggling Gambretti's, qui avait été jadis des artistes d'un spectacle de vaudeville assez médiocre, et qui avaient été tués lors d'une tentative de pimenter leur spectable en jonglant avec des enclumes. Mais il y avait une chose certaine : ils n'étaient pas mort sur le site de la caserne. Alors comment avaient-ils fait pour arriver là ?

De retour à la caserne, ils livrèrent leurs découvertes. Retour à la case départ. Ne sachant plus trop dans quelle direction pousser leurs investigations, Sam et June échafaudèrent maintes nouvelles théories tandis que Winston passait le balais dans l'espace R&D, récupérant les restes de matériel détruit. De son côté, Ray allait et venait dans l'étage, l’œil braqué sur un détecteur PKE. Et en vérité, il commença à errer dans le coin du petit salon où ils avaient pris leur pizza la veille. June se posa une question : se pourrait-il qu'il s'agisse encore d'une affaire de pizza, si tôt après la précédente ? Pourtant, l'affaire de Tony's avait été réglée. Ray leur dit que le détecteur réagissait surtout dans le coin du salon. Et plus particulièrement sur les boites de pizzas "Papa Luca". D'après Ray, c'était l'une des meilleures pizzerias de la ville – du moins jusqu'à récemment, car il devait avouer que leur commande de la veille était plutôt moyenne.
La seule explication qu'ils pouvaient émettre à ce stade, c'est que les fantômes avaient transité via des pizzas.

Intrigués, mais n'ayant aucune autre option, ils prirent Ecto-1, Ray au volant, et se rendirent chez Papa Luca… et Ray eut la surprise de voir que l'enseigne affichait à présent "Pizza Qwik", et que l'établissement, d'origine plutôt classique, avait été repeint en rouge et jaune criard du plus mauvais goût ! Mais il resta au volant de la voiture et laissa June et Sam se charger de l'affaire.
Lorsque les deux stagiaires, équipement sur le dos, entrèrent dans l'établissement, qu'ils trouvèrent assez bondé, ils furent aussitôt accueillis par un gérant en costard énervé et antipathique, Art Smith, qui leur intima l'ordre de quitter sa propriété ! Mais ils le calmèrent en lui commandant une pizza. C'est là qu'ils apprirent que Papa Luca était mort dernièrement, et que lui-même avait racheté son établissement. Oui, pour l'heure, il utilisait toujours les boîtes et menus de son prédécesseur, pourquoi gâcher après tout ?

Durant leur repas, June et Sam observèrent les alentours, scannant discrètement à droite et à gauche. Ils remarquèrent surtout que les livreurs ne cessaient d'aller et venir. En outre, les détecteurs réagissaient faiblement – il y avait une manifestation ici, mais elle était faible. Alors ils passèrent à l'étape suivante. Tandis que June allait occuper le gérant, au sujet de son allergie au basilic, Sam se glissait dans la cuisine pour suivre le signal PKE. Traversant une salle occupée par de nombreux cuisiniers qui ne lui prêtèrent aucune attention, il arriva à la chambre froide : c'est là que le détecteur se réveilla ! La garniture semblait chargée en énergie psychomagnéthérique !
Pendant ce temps, l'échange entre June et le gérant ne cessait de monter, la colère de ce dernier prenant des proportions telles qu'il finit par insulter la mémoire de son prédécesseur !
Et aussitôt, un mouvement inexpliqué agita les garnitures dans la chambre froide ! Et sous les yeux écarquillés du jeune métisse, des boulettes de viande fantômes s'élevèrent et, grossissant à l'excès, se virent doter d'une gueule et de crocs avant de se jeter sur les occupants du restaurant ! Par instinct, Sam projeta une salve de protons sur l'une d'entre elles, qui explosa en une gerbe d'ectoplasme !
Dans le restaurant, c'était la panique ! Des boulettes de viande géantes spectrales flottaient après les clients, les dévorant avidement ! Et chaque victime laissait derrière elle ses vêtements et possessions ! C'était à n'y rien comprendre ! Très vite, Sam et June se retrouvèrent dans le hall pour arroser ces monstres de classe V et les éliminer un par un ! Dans la rue, Ray s'occupait de ceux qui avaient quitté l'enceinte du restaurant.
Hélas, au cours du combat, une boulette géante avala June qui disparut sous les yeux de Sam, ne laissant derrière elle que ses vêtements et équipements ! À ce stade, Sam et Ray s'allièrent pour achever les derniers monstres. Et enfin le calme revint.

Mais ça n'était pas fini pour autant, car le détecteur à la ceinture de Ray s'illumina soudain comme un arbre de Noël ! Et tous deux virent une lueur spectrale s'échapper de la cuisine.
C'était Papa Luca. Le fantôme de l'ancien cuisinier italien était là, préparant une pizza fantôme dans la pièce désertée. Pendant un instant, Ray et Sam discutèrent de la marche à suivre, puis le jeune homme tenta quelque chose. Il s'approcha du spectre et tenta de lui parler. Si la tentative ne fut pas couronnée d'un franc succès au début, cela finit par porter ses fruits. En effet, la mention du nouveau propriétaire sembla mettre le fantôme en colère. Puis il leva un doigt spectral vers les piles de boites à pizza : et là, tout s'éclaircit ! Papa Luca était en colère car Pizza Qwik continuait à utiliser les boîtes à pizza portant son logo, ainsi même que son menu, associant dès lors une cuisine médiocre à son souvenir !
Aussitôt, Sam et Ray s'attelèrent à jeter toutes les boîtes et tous les menus dans le four afin de détruite le lien qui maintenait Papa Luca. Et sous les yeux du nouveau gérant, incapable d'intervenir à cause du fantôme, toute trace de l'ancien propriétaire fut réduite en cendres. Et lorsque la dernière boîte et le dernier menu furent détruits, le spectre s'effaça avec un regard reconnaissant.

De retour à la caserne, Sam et Ray eurent la surprise de retrouver June dans un taxi. Celle-ci leur raconta qu'après l'attaque de la boulette fantôme, elle s'était retrouvée en plein milieu du marché de Chinatown, nue comme un vers ! Elle n'avait pu avoir un taxi que grâce à la gentillesse des autochtones, et n'avait rejoint la caserne qu'avec la promesse que le taxi serait payé à l'arrivée.
O

L'affaire étant résolue, Ray réunit June et Sam dans le petit salon du 2e étage afin de leur évoquer la possibilité de changer leur statut de stagiaire en quelque chose de plus sérieux. Oui, avec un salaire et tout. Avec les gars, ils avaient pensé franchiser SOS Fantômes afin d'intervenir un peu partout dans le monde, sous le nom de Ghostbusters International. Mais cela impliquerait qu'ils seraient indépendants, et posséderaient leur propre QG, véhicule et matériel. Avec Kyle, ils pourraient former une petite équipe comme Ray, Egon et Peter à leurs débuts. Bien entendu, l'idée fut accueillie avec des sourires radieux !

C'est ainsi que, des projets pleins la tete, June et Sam retournèrent chacun chez soi afin de profiter du peu de week-end qui leur restait pour se reposer avant la reprise du lundi…
Revenir en haut Aller en bas
http://chrysalid3d.canalblog.com/
Contenu sponsorisé





Ghostbusters JDR Empty
MessageSujet: Re: Ghostbusters JDR   Ghostbusters JDR Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ghostbusters JDR
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Antre de Chrysalid :: Les Jeux de Rôle :: Ghostbusters-
Sauter vers: